Avant-propos / L'appel fondateur / Infos / Statuts / Bureau 2017/ Université d'été franco-allemandeStages 2017 / Journées annuellesFDV 40 ans / Jumelages / Echanges d'enfants/ Bade-Alsace / Témoignages /Actualités / vers l'avenir ! / liens /e-mail


ACTUALITES

 

10 décembre 2004 - France-Allemagne Vétérinaire au sommet de l'Etat

29 avril 2005- 20ème anniversaire du jumelage Nantes-Gießen

Message du président Desbois aux amis allemands après le résultat du référendum du 29 mai 2005 portant sur l'adoption du traité constitutionnel européen

Réponse de M. Axel Reich, premier conseiller à l'ambassade d'Allemagne à Paris

Message du Pr Dietrich Weyrauch (Freie Universität Berlin Fachbereich Veterinärmedizin)

Le président Desbois à l'honneur

Echange Nantes-Gießen/avril 2006

Remise du diplôme d'honneur de l'ENVA au Pr Weyrauch (Faculté de Berlin)

Séminaire Alfort-Berlin 2008

Hommage au Pr Patrick Bénard

Message du président André Bord

Echange Alfort-Berlin 2011

Remise de la médaille commémorative du Traité de l'Elysée au Pr Edgar von Cramm

Promotion du Pr Geneviève Bénard dans l'Ordre de la Légion d'honneur

Promotion du Dr Pierre Haas, président-délégué de FDV, dans l'Ordre national du Mérite

Disparition d'un grand ami de FDV, André Bord (30 novembre 1922 - 13 mai 2013)

Rencontre entre le président du CSO Michel Baussier et le co-président de FDV Jürgen Feind (14 - 15 décembre 2013)

Décès du Dr André Heinrich

Décès du Dr Otto Kern

Attentat de Nice - 14 juillet 2016 - Message du co-président Jürgen Feind

Décès du professeur Philippe Cottereau

Décès du Dr Horst Hagenlocher

Message du Dr Jacques Guérin, président du Conseil national de l'Ordre des vétérinaires

French German Summer School Toulouse 2017

Nomination du Pr Christophe Degueurce au poste de directeur de l'École nationale vétérinaire d'Alfort

10 DECEMBRE 2004

FRANCE-ALLEMAGNE VETERINAIRE AU SOMMET DE L'ETAT

 

 

Dans la prestigieuse salle Colbert du Palais-Bourbon (Assemblée nationale) s'est tenu le 10 décembre dernier le Colloque vétérinaire franco-allemand dans le cadre du 40ème anniversaire du traité de l'Elysée pour l'amitié franco-allemande, signé par le général de Gaulle et le chancelier Adenauer.

Thème : Des jumelages des Ecoles nationales vétérinaires vers une Université franco-allemande.

Objectif : intensifier entre la France et l'Allemagne la coopération en matière de formation vétérinaire au delà des actions bilatérales initiées par l'association france-Allemagne Vétérinaire.

Organisateurs : le Pr Michel Thibier, directeur général de la DGER (Direction Générale de l'Enseignement et de la Recherche au ministère de l'Agriculture), le Pr Patrick Bénard, inspecteur général, et leurs collaborateurs respectifs, avec l'appui discret du député Jacques Godfrain.

Assistance : 200 personnes de toutes les régions de l'Hexagone et de la République fédérale (Berlin, Leipzig, Munich, Giessen, etc...) et notamment, autour du président Desbois (ovationné à plusieurs reprises), le Dr Jürgen Esslinger, co-président d'honneur, le Dr Pierre Haas, président délégué, le Pr Denise Rémy, vice-président, et la "vieille garde" des anciens, Petermann, Blondeau, Châtré, Morelon, Fredet; un absent de marque excusé, le Pr Dr Hagenlocher; une importante délégation du Conseil général vétérinaire; le Dr Sättler, premier conseiller de l'ambassade d'Allemagne à Paris; le Dr Marcel Wanner, président de l'Association européenne des établissements d'enseignement vétérinaire; les directeurs et professeurs de nos E.N.V.; le Dr Christian Rondeau, président du Conseil supérieur de l'Ordre national des vétérinaires; M. Herbillon, député-maire de Maisons-Alfort, et bien d'autres personnalités qui me pardonneront de ne pas les avoir nommées ici.

Interventions : Le colloque est ouvert par Mme Tanja Mindermann, fonctionnaire allemande détachée au cabinet de M. Dominique Bussereau, notre actuel ministre de tutelle. Dans un parfait bilinguisme, elle insiste sur le grand intérêt que porte le ministre à la langue et à la culture allemandes ainsi qu'au thème retenu pour cette journée. Il n'y aura pas moins de 18 interventions, diligentées par le Pr Bénard, et notamment :

- le Pr Henri Brugère parcourt 20 années de jumelages.

- le Dr Isabelle Chmitelin, chef de la mission de coordination sanitaire internationale à la DGA et le Dr K. Swabenbauer, ont comparé successivement l'organisation centralisée "à la française" et la complexité allemande générée par les articulations Länder-niveau fédéral.

- deux étudiantes allemandes ont évoqué avec bonheur leur stage ERASMUS à Lyon et souhaitent avec insistance la création d'une université vétérinaire franco-allemande : un point fort.

- le Dr Isabelle Guillot se taille un beau succès, émaillé de gaité festive, dans la relation de son bi-doctorat à Toulouse et Munich... avec un bébé en prime.

- Intervention également également remarqué de notre ami le Pr Weirauch, professeur d'anatomie à Berlin.

- le Pr Denise Rémy, de l'ENVL, fait en allemand un brillant exposé sur la soutenance comparative des thèses.

- le Dr Christian Rondeau, président de l'Ordre national, se fait avec humour le chantre des professions libérales.

- Mme Buffière, de l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse, nous brosse un portrait de son si important organisme, pierre angulaire de nos activités.

- Enfin, le directeur de cabinet de M. Nicolas Forissier, secrétaire d'Etat à l'Agriculture, clôt ce colloque en exprimant avec enthousiasme (et dans les deux langues) les suites à donner à ces magistrales réflexions.

Retenons surtout qu'il existe une réelle volonté de création d'une UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE VETERINAIRE et d'un diplôme européen, volonté rencontrée aussi bien chez nos étudiants que chez les hauts responsables POLITIQUES, ADMINISTRATIFS et PROFESSIONNELS. Il faut donner un grand coup de chapeau aux Prs Thibier et Bénard pour cette magistrale réalisation, ainsi, bien entendu, qu'à notre président-fondateur dont l'idéal actif, obstiné, a porté ce jour de décembre 2004 notre association au sommet de l'Etat.

René FREDET (extrait de la Lettre de France-Allemagne Vétérinaire n° 24)

Lors de la rencontre annuelle 2005 à Trèves, le Pr Patrick Bénard a présenté un diaporama concernant ce colloque, avec une "explication de texte" remarquable. Qu'il en soit ici vivement remercié. C'est ce diaporama que nous vous proposons ici. Vous y verrez quelques photographies de l'assistance et des intervenants, ainsi que le titre des différentes interventions. Pour ouvrir et telecharger le diaporama, il faut disposer de Powerpoint, et cliquer ici :DIAPORAMA.Ne tenez pas compte d'éventuels messages en cours de téléchargement.

Le 20ème anniversaire du jumelage de l'ENVN avec la Faculté Vétérinaire Justus-Liebig de Gießen fait partie intégrante du patrimoine moral de FDV. La cérémonie officielle s'est déroulée le vendredi 29 avril 2005 dans l'amphithéâtre d'honneur de la Faculté Vétérinaire.
La délégation française, conduite par le Pr Michel THIBIER, directeur général de l'Enseignement et de la Recherche au Ministère de l'Agriculture, était composée des Prs SAI, directeur de l'ENVN, GOGNY, responsable des programmes Socrates, PUYT, responsable du jumelage, BETTI, de Mme MUNSTER, attachée au service du jumelage, du Dr DESBOIS, président de FDV, et d'une vingtaine d'étudiants nantais en séminaire bilatéral annuel, institutionnalisé grâce à l'OFAJ. La présence allemande était très importante, incluant en sus des doyens de l'Université Justus-Liebig et de la Faculté Vétérinaire, tous les doyens s'étant succédé depuis le jumelage, les professeurs de la Faculté, ainsi qu'une importante participation étudiante. Cette journée avait été organisée par le Pr LEISER qui, depuis 1 an, n'avait ménagé aucune peine, aucun effort pour sa réussite.

La première intervention fut celle du doyen de l'Université, suivie de celle du Pr REINACHER, doyen de la Faculté Vétérinaire, du Pr THIBIER, DGER, qui a rendu un profond hommage à ce jumelage, évoquant la journée vétérinaire franco-allemande du 10 décembre 2004 à l'Assemblée Nationale, dont il avait confié l'organisation au Pr BENARD, en rappelant que son objectif demeurait "l'Université franco-allemande". L'intervention du président DESBOIS (en allemand) peut se résumer en 4 points : 1/ Les raisons d'un engagement franco-allemand. 2/ Comment et pourquoi il a engagé cette action. 3/ Les jumelages dans leur ensemble et Nantes-Gießen en particulier, avec un hommage appuyé pour les Prs CUQ, SCHONER, FROMAGEOT et FRESE, qui ont répondu "présents" dès la première heure, pour le Secrétaire-général H.G. PETERMANN, et le pour Dr Charles MÉRIEUX pour son soutien personnel. 4/ Appel aux étudiants. Cette intervention fut longuement saluée. Se succédèrent ensuite à la tribune les Prs FROMAGEOT et FRESE qui, pendant 15 ans, développèrent dans l'efficacité, l'amitié et la modestie, cette coopération exemplaire qui, rappelons-le, n'aurait pas existé sans l'OFAJ. Un compétition Nantes-Gießen "questions-réponses" fut présentée avec humour par les étudiants... Il est facile d'en deviner les thèmes... comparatifs !

La clôture de cette cérémonie appartenait au Pr PUYT qui, tout en relevant les insuffisances, énuméra et présenta toutes les possibilités nouvelles ouvertes grâce au niveau actuel des télécommunications et parmi elles les télé-conférences, les télé-transmissions cliniques et opératoires, etc... Ouverte à 10 h, cette matinée s'achevait ... à 13 h 30 sans que l'on ait vu passer le temps.

Merci à ce jumelage Nantes-Gießen qui est une part de notre âme et qui illustre parfaitement le rôle que FDV y a joué et la place qu'elle y tient.


Message du président Desbois aux amis allemands après le résultat du référendum du 29 mai 2005 portant sur l'adoption du traité constitutionnel européen

A NOS FRÈRES EUROPÉENS D'ALLEMAGNE,

Au soir de ce jour, voici nos premiers sentiments : nous les européens de France avons honte de la France, nous avons honte pour la France; est-il possible qu'un peuple commette une telle erreur... 1852, 1933 n'en sont-elles pas des preuves évidentes '

La stupeur passée, vient le temps de la réflexion : les médias de toute l'Europe regroupent toutes nos hypothèses, confirment nos analyses: pour une part minime de souverainistes, pour une part non déterminable représentant les forces du mal, constantes et destructrices, la majorité du peuple de France, conduite par des politiciens dévoyés mais habiles, a fait passer, en une occasion aussi rare qu'un référendum, ses problèmes, ses soucis, ses angoisses, ses peurs, son mal vivre avant l'intérêt de l'Europe. Tout ce qu'elle avait créé, apporté et contenait d'espoir a été occulté, pendant que tous les problèmes, les inquiétudes étaient attribués à l'Europe existante et rejetés sur cette proposition d'amélioration d'Europe. Ce détournement de l'Europe pour des règlements de comptes nationaux est pour nous l'objet d'une indignation sans nom.

Le 1er juin 2005, 3 jours après le tsunami, le séisme français, tel une onde de choc, arrive le résultat hollandais: et c'est encore le détournement de l'Europe au profit d'autres objectifs nationaux. Les médias continuent à relever les erreurs, les fautes commises. Les politiciens sont des hommes, et l'erreur étant humaine, ils n'y échappent pas. Il leur appartient désormais, à eux ou à d'autres, de faire renaître cet espoir que porte l'Europe, de réparer ce qui a été défait ou mal fait, et chacun sait que ce sera long et dur, mais un sentiment de profonde injustice plane sur l'Europe entière : pourquoi deux procédures de ratification '

Le Traité de l'Élysée, depuis 1963, unanimement reconnu comme incontestable, est un cadre unique pour les relations entre deux Nations. Malgré d'inévitables ratés, il n'a jamais cessé de fonctionner, quelques soient les couleurs politiques en place dans chacun de nos deux pays : le voici encore une fois à l'épreuve. l'OFAJ (DFJW) en est un outil essentiel, et nous pouvons en témoigner. En outre il nous permet d'introduire dans notre relation bilatérale les autres pays acteurs européens.

Tout ce qui existe dans ce Traité est l'âme de l'Europe, et rien ne se fait sans âme; c'est bien cette absence d'âme qui a caractérisé ce 29 mai 2005. En tant que PERE de cette relation vétérinaire dont FDV est l'âme, je me dois de vous adresser, en ces moments pénibles pour nous, Européens de France, de la part de tous vos amis, nos amitiés, nos salutations et notre gratitude pour toute la part que votre pays, notre pays frère, prendra à  rétablir, poursuivre l'organisation de notre continent sur la voie démocratique souhaitée par le plus grand nombre.

André Desbois

Réponse de M. Axel Reich, premier conseiller à l'ambassade d'Allemagne à Paris
(réponse faite en français et non modifiée)

Monsieur le Président, cher Docteur,

Je vous remercie de m'avoir fait part de vos réflexions concernant le vote en France. Je crois que j'aurais voté pour la constitution mais en même temps le résultat n'est pas de quoi avoir honte. Quand les citoyens ne suivent plus la politique ce ne sont pas les citoyens à échanger.

Je comprend bien l'argumentation d'un des mes amis, qui m'a dit 'quelle erreur de faire voter les gens pour une constitution sans en même temps dire quel en sera le champ d'application'. C'est le devoir de nos hommes et femmes politiques.

Les dix c'est une tâche énorme. Et ajouter les Balkans (30 millions de personnes qui n'ont que la moitié des revenus des Polonais seulement, en Roumanie et en Bulgarie) ! Est ce-que nous pouvons approfondir l'Union avec ses nouveaux, est-ce que nous pouvons supporter les migrations qui en naîtront ' 10 ans sans un commissaire de votre pays est-ce que c'est vraiment imaginable ' Les frontières d'Europe en commun avec l'Iran ' Est ce-que nos concitoyens peuvent développer un sentiment profond et stable que cette région appartient vraiment à  l'Europe ' Une région où 700.000 jeunes filles de l'âge de scolarité (source turque) ne sont pas scolarisées, une région où on ne tue plus -comme auparavant en Europe- l'homme qui s'approche d'une femme mariée en duel ou dans une bagarre brutale, mais où on mutile ou tue la femme qui s'éloigne du foyer. L'idée que la Turquie puisse devenir un pont d'Europe vers le proche Orient est une illusion : la Turquie y fut pendant des siècles un pouvoir colonial; les Arabes haïssent les Turcs !

Bon ! Pas plus, par cette matinée fraiche et claire. Je vous envoie mes salutations cordiales, ainsi qu'à MM. les Professeurs Brugère et Weyrauch.

Axel Reich

Lieber Herr Kollege Desbois,

es tut mir leid, dass ich erst jetzt auf Ihre mail antworte, doch gab es in den vergangenen Monaten viel Arbeit und darüber habe Ihr sehr bewegtes Schreiben vergessen. Ich hoffe, sie verzeihen mir das.

Inzwischen haben sich in der Welt sehr viel schlimme Dinge ereignet, die die europäischen Probleme vielleicht etwas relativieren und man sieht manches heute in einem etwas anderen Licht. Wir alle haben damals bedauert, dass die Mehrheit der Franzosen und später der Niederländer per Plebiszit die europäische Verfassung abgelehnt haben. Dennoch bin ich nicht der Meinung, dass Sie sich für Ihre Landsleute schämen müssen. Einmal weil diese für Europa negative Volksabstimmung auch Ausdruck der Verstimmung der Franzosen gegen die allgemeine Politik von Präsident Chirac war und zum anderen weil viele Menschen einfach überfordert waren, abzuschätzen welche Vor- und Nachteile eine so große Staatengemeinschaft bringt. Hätten wir in Deutschland die Möglichkeit einer Volksabstimmung gehabt, wäre das Ergebnis dieser möglicherweise genauso schlecht ausgefallen. Und sieht man einmal davon ab, dass  z. B. zwischen Frankreich und Deutschland sehr viele nicht nur wirtschaftliche sondern vor allem menschliche und kulturelle Beziehungen schon seit vielen Jahren bestehen, so sind die Bindungen zu vielen der neu hinzugekommenen europäischen Staaten bisher leider nur rein materieller, sprich wirtschaftlicher, Art. Und das alleine ist keine Grundlage für ein optimales Zusammenwachsen Europas. Das Zusammenwachsen geht nicht so schnell, es entwickelt sich nur langsam. Viele Menschen haben ein wenig Angst, mit andern Menschen zusammenzukommen, deren Sprache sie nicht verstehen und deren Kultur ihnen (noch) fremd ist. In den Zeiten hoher Arbeitslosigkeit haben viele Menschen außerdem Angst, dass die neu hinzugekommenen Personen Arbeitsplätze wegnehmen könnten.  Man hätte von Brüssel auf diesem Gebiet viel mehr aufklärende Vorarbeit leisten müssen.

Dietrich Weyrauch

Le président Desbois à l'honneur

 Le 13 décembre 2006, M. Christian Jacob, ministre de la Fonction publique, délégué par M. Dominique Bussereau, ministre de l'Agriculture, retenu à Hong-Kong par les négociations de l'OMC, a remis, dans les locaux du Ministère de l'Agriculture (hôtel de Villeroy) la cravate de commandeur dans l'Ordre national du Mérite, à notre président André Desbois, en présence du président Christian Rondeau et de membres du CSO (organisateur de la cérémonie), de membres de notre C.A. et de FDV (J. et H. Brugère, M. et S. Guyet, P. Haas,R. Fredet, P. Virat). Nos confrères Tcheerd Jorna, président de la Fédération vétérinaire européenne, M. Breitling, président de la Chambre des vétérinaires allemands, l'équivalent outre-Rhin du CSO, Michel Thibier, directeur général à la DGER, Patrick Bénard, inspecteur général, membre du C.A. de FDV, Jean-François Michel et Catherine Rogy, conseillers techniques du ministre de l'Agriculture, assistaient à la cérémonie. Mme Colette Buffiere, représentant l'Office Franco-allemand pour la jeunesse et M. Peter Von Vensendonk, représentant l'ambassadeur d'Allemagne à Paris, étaient également présents. Le président Desbois était entouré de son épouse et de ses enfants et petits-enfants.

Dans sa réponse au ministre, en dédiant cette croix, au travers du président Rondeau, à la VÉTÉRINAIRE dans son ensemble et à FDV en particulier, le président Desbois a exprimé combien il regrettait l'absence des membres de notre association (autres que ceux cités plus haut) en particulier ceux qui depuis tant d'années suivent fidèlement cette action. Vous serez donc tous associés au fait d'être reconnus par le plus haut niveau de l'Etat , lors de la rencontre en Auvergne, sous une forme à laquelle nous reflechissons.


'

Le président Desbois reçoit la cravate des mains du ministre Christian Jacob, aidé du président Rondeau (Cliché P. H.)

L'École Nationale Vétérinaire de Nantes a accueilli 35 étudiants allemands dans le cadre du jumelage avec la faculté vétérinaire de GIEßEN

Dans le cadre du jumelage avec la faculté vétérinaire de GIEßEN, un échange d'étudiants a lieu chaque année. Cette année l'ENVN a organisé la rencontre annuelle en partenariat avec l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse et le soutien de la Région des Pays de la Loire. 35 étudiants allemands ont été accueillis à Nantes du 18 au 21 avril 2006, accompagnés de quatre professeurs.

Cet échange a tout d'abord pour but de faire découvrir aux étudiants des deux pays leurs spécificités culturelles et de comparer les formations vétérinaires respectives. Le programme a associé des conférences et des sorties culturelles, tout en laissant une place importante aux moments récréatifs et conviviaux entre étudiants et enseignants. La visite du Laboratoire INTERVET à Angers a permis aux étudiants de découvrir l'industrie pharmaceutique et de faire connaissance avec des vétérinaires ayant choisi une carrière dans l'industrie pharmaceutique. Une visite de l'École Nationale d'Équitation (ENE) à SAUMUR, ainsi que des marants salants à GUÉRANDE a constitué l'un des points forts de cette rencontre. Des facettes professionnelles moins courantes ont été proposées par la visite d'un centre ostréicole et de la production de palourdes.

Une nouvelle fois, la rencontre a été l'occasion pour les deux établissements de réaffirmer leur volonté de collaboration et de donner un nouvel élan à ce jumelage. C'est aussi l 'occasion pour les enseignants de disciplines homologues de mieux se connaître.

Nous tenons à adresser nos remerciements à la Région des Pays de la Loire, à l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse ainsi qu'aux Laboratoires Mérial, Bayer HealthCare, Intervet et Boehringer Ingelheim, qui nous ont assurés leur soutien financier.

Pr Jean-Dominique Puyt

Remise du diplôme d'honneur de l'ENVA au Pr Weyrauch (Faculté de Berlin)

Pour fêter le 20ème anniversaire des échanges franco-allemands entre la Faculté vétérinaire de Berlin et son homologue jumelée l'École vétérinaire d'Alfort, et remercier M. le professeur WEYRAUCH de son implication constante et essentielle depuis de nombreuses années dans cet échange, une cérémonie soutenue par l'A.A.E.A.E.A. (Association des Anciens Éleves et Amis de l'École d'Alfort) a eu lieu le vendredi 4 mai 2007. Un diplôme d'honneur de notre établissement a été remis au professeur WEYRAUCH en présence du Dr DESBOIS, président de France-Allemagne Vétérinaire.

 

Le Pr Cotard, directeur de l'ENVA, remet le diplôme d'Honneur au Pr Weyrauch

SEMINAIRE ALFORT-BERLIN 2008

 

A l'invitation du doyen le Pr Leo Brunnberg et sous la bienveillante autorité du Pr Dietrich Weyrauch, membre de la section allemande de FDV, une petite délégation de membres du bureau et du CA, sous la direction attentive du président André Desbois (Jeanne et Henri Brugère, Michèle et Stephen Guyet, Philippe Virat) s'est rendue le 22 mai 2008 dans les locaux de la Faculté vétérinaire de l'Université libre de Berlin, concomitamment au séminaire étudiant qui a rassemblé une vingtaine d'étudiants alforiens (conduits par le Pr Pascal Arné et le Dr Hélène Corman) et leurs homologues berlinois.

De gauche à droite : Dr Wöhrl, Pr Weyrauch, Dr Desbois, Pr Brugère-Picoux, Pr Brugère, doyen Pr Brunnberg

La journée débuta par l'accueil du doyen qui brossa, devant les étudiants et les responsables de FDV, un tableau très complet de la Faculté vétérinaire, en insistant en particulier sur l'importante proportion de jeunes filles (86% en 2006/2007 !). La Faculté de médecine vétérinaire de l'Université libre de Berlin s'étend sur 3 campus : Düppel, Mitte et Dahlem. Celui où nous fûmes reçus est localisé à Düppel, banlieue très verdoyante de la capitale. Il regroupe les départements de biométrie, pathologie, physiologie, biochimie, parasitologie, hygiène des denrées alimentaires et protection animale, ainsi qu'une remarquable bibliothèque offrant aux étudiants plusieurs postes informatiques permettant d'accéder à une banque de données de plusieurs milliers de références.
Un apéritif amical clôtura cette présentation, avec la présence du Dr Hans Wöhrl, Vice-président de la Landestierärztekammer de Berlin (équivalent de nos ordres régionaux). La présence de ce dernier témoigne de tout l'intérêt allemand pour structurer un approfondissement des relations entre Paris et Berlin. Quant à nos jeunes amis étudiants, tant français qu'allemands, ils n'ont pas été avares de questions, et il a été agréable de nouer de nouveaux liens à cette occasion.

Après un déjeuner pris en commun à la « mensa » (réfectoire), l'après-midi fut consacré à la visite des différents services sous la conduite des chefs de service (clinique des petits animaux, clinique des ruminants, clinique équine, laboratoire IDAOA, pathologie des volailles, etc.). Des installations en tous points remarquables, grâce à des moyens financiers exceptionnels (3.000.000 en 2006 ! cela fait rêver !). Quant à nos étudiants, outre leur présence à l'accueil du 22 mai, ils purent participer pendant une semaine, à de nombreux travaux : clinique des bovins et reproduction, clinique des petits animaux et ophtalmologie, clinique des chevaux et démonstrations cliniques et orthopédiques, clinique des volailles, visite de l'Institut de recherche pour les animaux sauvages et de zoo, cours d'hygiène alimentaire, histoire de la médecine vétérinaire à Berlin...

Des moments d'intense coopération où se sont tissés des liens très forts entre nos deux établissements, et les vétérinaires et futurs vétérinaires franco-allemands. Et un grand merci à notre ami le Pr Weyrauch, parfait maître d'oeuvre de cette rencontre.


Philippe VIRAT

France-Allemagne-Vétérinaire a l’immense peine de vous informer du décès du Pr Patrick Bénard, membre titulaire de l'Académie Vétérinaire de France, Inspecteur Général de l’Agriculture, membre actif de l’association, conseiller permanent de son bureau directeur, survenu le vendredi  2 avril 2010.
Si toutes ses qualités professionnelles l’avaient conduit au plus haut niveau de l'enseignement vétérinaire européen, sa nature d’homme intelligent, généreux, disponible, voyant loin, en avaient fait un personnage exceptionnel et essentiel dans ce cadre de la vie associative.
En binôme avec le Pr Rambeck de la faculté vétérinaire de Munich, en conduisant pendant de longues années le jumelage proposé, conduit par FDV et signé le 22/6/84, il avait fait de ce jumelage un véritable moule pour le futur vétérinaire européen.                                     
Jusqu’à ses derniers jours il a travaillé dans ce domaine "enseignement vétérinaire franco-allemand", à réparer les lacunes évidentes, porteuses d’ombre et à faire avancer d’indispensables idées de progrès.
France-Allemagne-Vétérinaire sait ce qu’elle lui doit, et puisse l’immense gratitude de ses membres être porteuse, dans cette si dure épreuve, auprès de sa chère épouse et de ses chers enfants, des sentiments de condoléances de tous les membres de l’association.

France-Allemagne-Vétérinaire (dont le groupe Patrick Bénard, de Toulouse-Munich)
                                                        
Très cher Président de France-Allemagne Vétérinaire,
Très chers amis du franco-allemand,

Ce message affectueux, pour vous dire combien je suis navré et regrette de ne pas être à vos côtés aujourd’hui.

Car j’aurais souhaité vous dire combien j’admire et j’estime l’action que vous menez avec nos amis vétérinaires allemands pour renforcer les liens entre les éminents vétérinaires que vous êtes, mais aussi entre populations française et allemande.

Je vous redis toute mon estime en vous priant de dire à votre assemblée, combien je forme des vœux très forts pour la poursuite indispensable de la coopération franco-allemande à la construction européenne et dans les relations entre nos deux peuples.

À vous cher docteur Desbois et à l’ensemble de ceux qui vous entourent, je vous redis ma confiance, ma fidélité et toute mon affection dans la cause franco-allemande que vous soutenez inlassablement depuis des dizaines d’années.

Sachez, Mesdames et Messieurs, que vous êtes un exemple dans les relations et l’amitié franco-allemandes.

Continuez dans cette voie.

Merci et bon congrès !

Échange Alfort-Berlin Mai 2011

Dans le cadre du jumelage entre la faculté vétérinaire de Berlin et l’Ecole vétérinaire d’Alfort s’est déroulée une semaine d'échanges, du 8 au 15 mai dernier. C’était à notre tour, cette année, d’accueillir dix-huit étudiants accompagnés par le Professeur Mohamed HAFEZ, spécialiste de pathologie aviaire de renommée internationale et l’une de ses doctorantes Mme Stefanie GUTZER. L’accueil traditionnel s’est fait autour d’un copieux "Frühstück" qui a permis aux participants de mieux faire connaissance et de présenter le programme de la semaine. Grâce à la participation active des différentes Unités de l’Ecole (Anatomie-Pathologique, Chirurgie, Clinique Equine, Dermatologie, Hospitalisation Grands Animaux, Médecine Sportive, Nouveaux Animaux de Compagnie, Nutrition Clinique, Pathologie du Bétail, Reproduction, Vaccination), nous avons pu proposer aux étudiants allemands de participer aux cliniques de leur choix en les intégrant dans les rotations des étudiants français. Cette immersion en petits groupes leur a permis de mieux appréhender les modalités d’apprentissage proposées sur notre site, axées principalement sur une formation pratique au contact de la clientèle et des animaux pendant les deux dernières années d’études. Ils ont pu également découvrir, à cette occasion, le tout nouveau Centre Hospitalier Universitaire Vétérinaire d’Alfort (CHUVA) qui a ouvert ses portes en 2009. Les après-midi ont été consacrés à des visites dans la capitale. Le Muséum National d’Histoire Naturelle nous a ouvert les portes de ses collections, privilège rare, car celles-ci sont normalement inaccessibles au public. Le Dr Norin CHAÏ nous a guidés dans les allées du parc zoologique du jardin des Plantes. Enfin, profitant d’un temps particulièrement clément cette semaine, nous avons complété notre découverte de Paris par une croisière sur la Seine. A côté du programme institutionnel, les étudiants français ont proposé à leurs homologues d’outre-Rhin diverses activités de nature à renforcer les liens mutuels. Le séjour s’est terminé autour d’un pique-nique convivial au cours duquel nous avons pu, une dernière fois, évoquer la complémentarité des formations de part et d’autre du Rhin et promouvoir notamment des échanges plus longs de type ERASMUS entre nos deux établissements. Le soutien constant de l’OFAJ et du Conseil d’administration de l’ENVA, nous ont permis d’organiser une nouvelle semaine riche en discussions, de l’avis unanime et de pérenniser un jumelage qui porte bien ses vingt et quelques années….
                                                                                                                                                                                                                                                      
                                                                                                                                                                                                                                                                                   Pr Pascal ARNÉ




Les étudiants berlinois attentifs aux explications du Pr Degueurce sous le hall des hôpitaux de l'ENVA



Remise de la médaille commémorative du Traité de l'Elysée au Pr Edgar von Cramm

Le samedi 10 novembre 2012, le Frei Herr Dr Edgar von Cramm, co-président allemand de l'Amicale Vétérinaire Bade-Alsace reçevait des mains du Dr Pierre Haas, co-président français de l'Amicale, la médaille commémorative du traité de l'Élysée, récemment frappée par la Monnaie de Paris, ainsi que le diplôme l'accompagnant, en présence de Monsieur le maire de la ville de Vieux-Brisach qui nous a reçus avec faste dans les salons de son hôtel de ville à l’occasion de notre rencontre confraternelle d’automne en Pays de Bade. Comme Monsieur le maire, dans son discours d’accueil, évoquait avec chaleur l’amitié franco-allemande, j’ai souhaité à la suite de son exposé pouvoir remettre cette magnifique médaille évoquant solennellement l’anniversaire des 50 ans du Traité de l’Elysée et portant les portraits du Général Charles de Gaulle et du Chancelier Konrad Adenauer à Edgar von Cramm, ceci devant les membres réunis de notre mouvement, lisant avec émotion les textes retenus pour le diplôme.
Nous avons ainsi célébré lors de notre rencontre d’automne l’amitié qui lie à présent et depuis plus de cinquante ans nos deux grands peuples.
                                                                                                                                                                                                             
                                                                                                                                                                                                                          Pierre Haas
                                                                                                                                                                                                                                                    Co-Président de l’AVAB     

                                                                                                                                                                                                     
           

Le Dr Pierre Haas remet la médaille commémorative au Dr Edgar von Cramm

Remise de la croix de chevalier de la Légion d'honneur au Pr Geneviève Bénard, membre de FDV,
par M. le ministre Jacques Godfrain

Le 14 juillet 2012, nous avions eu plaisir d’apprendre que notre amie Geneviève Bénard était promue chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur. Cette décoration lui a été remise par Monsieur le ministre Jacques Godfrain le 19 avril 2013 lors d’une cérémonie très amicale dans son village de Villeneuve-Tolosane.



Jacques Godfrain et Geneviève Bénard

(cliché Stéphane Brizay)


Ainsi étaient justement récompensés 40 ans d’enseignement et de recherche à l’École nationale vétérinaire de Toulouse, une activité intense de diagnostic garantissant la qualité des denrées alimentaires, particulièrement le foie gras, et une participation active à l'association France-Allemagne Vétérinaire dont son époux Patrick fut l’un des pionniers à l’École de Toulouse. Comme l’a écrit à Geneviève le Président de cette association, notre confrère André Desbois, malheureusement empêché, « Patrick Bénard était de ces hommes avec qui l'on construit et vous lui avez apporté un soutien sans faille.» Il est certain que, pour toute l’assistance, le souvenir de Patrick était présent à cette cérémonie particulièrement émouvante.

Jacques Godfrain rappela les objectifs de l’Ordre national de la Légion d’honneur, la carrière de Geneviève et, en tant que Président du Conseil d’administration de l’École de Toulouse, le souvenir de sa collaboration
efficace avec Patrick lorsque celui-ci en était le directeur. Geneviève répondit en remerciant sa famille, ses amis et ses collègues présents ainsi que l’Association France-Allemagne Vétérinaire et l’Observatoire des relations franco-allemandes pour la construction européenne (ORFACE). La remise de cette décoration a été une juste reconnaissance pour tout ce que Geneviève a réalisé au cours de sa carrière.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Jeanne Brugère-Picoux
 Remise des insignes de chevalier dans l'Ordre national du Mérite au Dr Pierre Haas, président-délégué de FDV, le 6 avril 2013,
par le président André Desbois, commandeur dans l'Ordre national du Mérite


Allocution du président André Desbois :

Messieurs les Présidents, Mesdames, chers confrères, merci à tous pour votre présence à ce témoignage que nous voulons immense à l’intention de notre ami Pierre Haas. 6 avril 2013 : jour combien important de ta vie, cher Pierre, pour toi et les tiens que tu couvres de tout ton amour, car cette promotion au titre si envié de chevalier dans l'Ordre du Mérite national, l'un de nos deux grands ordres nationaux, est le témoignage de la reconnaissance que la République t'exprime pour tes actions, et particulièrement comme président d'une amicale franco-allemande, c'est à dire regroupant le national et le régional. C'est également un jour très important pour l'idéal porté par notre action commune et qu'il m'a été donné de proposer et de conduire en équipe dans la finalité d'une véritable âme franco-allemande, âme que nous avons le bonheur et la joie de vérifier à chacune de nos rencontres vétérinaires franco-allemandes, nationales comme régionales. En sus, nous sommes fiers d'avoir accompli un petit pas de plus par rapport au Traité de l'Elysée qui ne fait aucune référence aux professions indépendantes, ce qui constitue dans ce cas une véritable "nationalité bis", et personne ne peut contester que la Vétérinaire est la seule profession à avoir accompli un tel engagement franco-allemand. L'engagement n'est pas seulement une réconciliation dictée par la raison, elle est une construction colossale sans précédent dans l'histoire des peuples, celle de l'organisation du continent européen pour que le "plus jamais cela" de nos pères et grands-pères règne définitivement parmi nous, mais que de temps faut-il pour cela !
À notre retour de Brunswick, où Stephen Guyet et moi-même avions présenté aux collègues allemands réunis en congrès annuel France-Allemagne débutante, il vint à Stephen l'idée de rendre visite à son camarade d'école et ami très cher, Pierre Haas, suggestion aussitôt acceptée et réalisée. Dès qu'il connut notre objectif, Pierre Haas nous déclara son adhésion totale à notre action. Si aujourd’hui, nous pouvons mesurer la valeur de ton engagement, il est de mon devoir de le rappeler et de le mettre en lumière. Dès 1971, lors de la création de l'UEVP à Garmisch, en tant que responsable désigné par le président Rémy MORNET, ma mission était d'animer la relation vétérinaire franco-allemande ; j'avais établi des rapports de confiance et d'amitié avec le Président Horst Hagenlocher, et je lui avais exprimé devant le brouhaha européen qu'il me semblait indispensable de souder simultanément et étroitement l'action européenne et la relation franco-allemande. Le régional était une grande nécessité pour le Dr Hagenlocher, et dès lors, il y eut le tandem des relations franco-allemandes Desbois-Hagenlocher. Toutes les explications nécessaires figurent dans le texte remarquable de notre ami André-Xavier Heinrich, Quelques dates charnières pour l'AVAB, et je te laisserai, cher Pierre le soin de t'exprimer sur notre exceptionnel ami commun.En 1976 naissait officiellement à Baden-Baden l'amicale Alsace-Bade, et comme tout bébé, avec les balbutiements des premières années. Dès lors, cher Pierre, tu n'as cessé d'œuvrer dans le sens de cet engagement souvent difficile. Tes immenses qualités de bienveillance, nourries par ton souci constant de comprendre l'autre, ont joué un rôle déterminant depuis 1981 comme
vice-président, puis comme président depuis 1988, avec A.X. Heinrich à tes côtés. Me référant à mon idéal, issu du fait que je suis persuadé que j'ai eu l'Allemagne avec moi dès le berceau, j'étais persuadé qu'il y avait dans la profondeur de ton être une richesse de souvenirs, le plus souvent injustes, durs, qu'une immense pudeur t'interdit d'exprimer. Je te remercie profondément de m'avoir communiqué ces souvenirs, et permets-moi de te dire qu'ils ajoutent encore à notre amitié. Par eux, notre connaissance de l'Alsace s'accroît, sois en persuadé.
Au nom du Président de la République, nous vous faisons chevalier dans l’Ordre national du Mérite.




Discours de remerciements du Dr Pierre Haas
:


Messieurs les présidents de l’association France-Allemagne Vétérinaire, de la section badoise de l’Amicale Vétérinaire Alsace-Bade, du Conseil Régional de l’Ordre des Vétérinaires d’Alsace, Madame le Maire, Madame et Monsieur les Contrôleurs Généraux des Services Vétérinaires, werte Freunde aus’m Badener Land et chers confrères alsaciens de l’Amicale Vétérinaire Alsace-Bade, chers famille et intimes.
Je dois excuser Monsieur le Ministre André Bord qui pensait pouvoir être présent, mais il est souffrant et aurait bien aimé être des nôtres. Grand merci à vous tous d’être venus nombreux ici dans cette Maison du Cercle Européen, maison emblématique puisqu’elle est animée par l’Association du Conseil de l’Europe, pour honorer de votre présence cette cérémonie de remise de l’insigne de Chevalier dans l’Ordre national du Mérite au Président alsacien de notre chère AVAB, sigle de notre Amicale Vétérinaire Alsace-Bade. Grand merci, cher ami Dr André Desbois, Président de l’Association France-Allemagne Vétérinaire, d’avoir accepté de me remettre le dit insigne et pour tes si généreuses paroles à mon égard, égratignant quelque peu, dans certains passages de ton discours formidablement amical, ma modestie, et réveillant aussi quelques souvenirs d’un passé lointain. Tu as su, cher André, créer et réunir autour de toi, voici juste 40 ans déjà, une équipe d’amis, dont les pionniers à tes côtés furent les Drs Michèle et Stephen Guyet, et nous t’avons suivi avec dévouement et une passion éclairée dans la voie européenne que tu as tracée pour notre profession. En 1975 nous étions une petite poignée à t’accompagner avec les confrères allemands à Lure dans les locaux du prestigieux laboratoire vétérinaire Vétoquinol pour participer à la 1ère assemblée générale fondatrice de notre Association France- Allemagne Vétérinaire que tu présides depuis lors avec beaucoup de bonheur et de réussite. Les échanges d’enfants de confrères par-dessus le Rhin, les jumelages de nos quatre écoles Vétérinaires françaises Lyon, Toulouse, Nantes et Alfort (dans l’ordre chronologique) avec les quatre écoles Hochschule allemandes Hanovre, Munich, Gießen et Berlin pendant les années 80, et nos régulières rencontres annuelles alternativement en Allemagne ou en France, sont autant de ponts par- dessus notre grand fleuve européen qui, au lieu de nous séparer comme dans le temps, nous unit à présent. Ces belles réalisations que tu as su mettre en œuvre honorent toute la profession vétérinaire, et elles sont un encouragement permanent pour les relations franco-allemandes et pour l’Europe en général, qui encore aujourd’hui et plus que jamais a besoin de réalisations concrètes pour avancer.
En effet, c’est par décret du Président de la République, publié au Journal Officiel de la République Française en date du 15 novembre 2012, repris par le Ministère de l’Agriculture, notre Ministère de tutelle à nous vétérinaires, que j’ai été nommé, et je cite : « Chevalier dans l’Ordre national du Mérite au titre de président d’une Amicale Vétérinaire franco- allemande, et pour 47 ans de service », ce qui ne me rajeunit nullement. Donc c’est bien au travers de ma personne que notre Amicale Vétérinaire transfrontalière a été très justement honorée au plus haut niveau de l’état français, et cette reconnaissance officielle est de la plus grande importance, confortant de ce fait notre statut de section de l’Association France-Allemagne Vétérinaire présidée par Dr André Desbois. Sachez aussi que Dr Michèle Guyet, ici présente, a soutenu une magnifique thèse de doctorat vétérinaire très remarquée, intituléeL’Association France-Allemagne Vétérinaire, qui fait, entre autres, le récit historique de la naissance et de l’évolution de notre amicale comme section de France-Allemagne Vétérinaire, ce chapitre étant rédigé avec la contribution éclairée de notre ami le Dr André Heinrich. Merci à toi cher ami Dr Edgard Von Cramm, co-Président de l’Amicale, nommée BETV en Allemagne, die so genannte Badische-Elsässische-Tierärzte-Vereinigung. Tu assures avec énergie, de façon constructive et bien comprise le destin de l’Amicale sur la rive droite du Rhin dans ce beau Pays de Bade que nous, Alsaciens, avons appris à mieux connaître grâce à nos rencontres que vous savez organiser à merveille, Dr Mikaëlla Vogt et toi-même.
Je voudrais à présent rendre hommage aux initiateurs de notre mouvement transfrontalier qui a vu naître l’AVAB le 9 octobre 1976 à Baden-Baden : en particulier au Dr Horst Hagenlocher, le visionnaire, avec le Dr André Desbois, de notre rapprochement transfrontalier. Notre ami Horst aurait bien voulu être parmi nous aujourd’hui comme il le confirme dans un récent message. Permettez que j’évoque ici l’engagement sincère et dévoué des Drs Mathias Stulpnagel et Danny Zimmer, présidents-fondateurs de l’AVAB, prématurément disparus. Et encore un hommage appuyé à tous les confrères allemands qui nous manquent aujourd’hui, dont les regrettés Drs Maeder et Kolofrath, et les confrères français, qui ont été convaincus que notre profession vétérinaire avait un rôle de pionnier à jouer des deux côtés du Rhin, car l’Europe continue à se construire, sous l’impulsion du moteur franco-allemand autour d’engagements forts et pérennes, tel le nôtre. Je voudrais saluer la présence parmi nous du Dr Jürgen Esslinger, co-président de l’association Vétérinaire Franco- Allemande, et en profiter pour le remercier d’avoir accepté de mettre à notre disposition ses talents reconnus par tous de traducteur émérite. Permettez-moi encore de remercier de tout cœur le camarade d’École Vétérinaire de Lyon de notre Président André Desbois (comme le monde est petit !), je veux parler de notre ami le Dr André-Xavier Heinrich, Contrôleur Général des Services Vétérinaires. Depuis le début, depuis 1976, vous assurez la lourde tâche de Secrétaire- Trésorier de l’Amicale, travail que vous assumez avec un dévouement sans limites et une fidélité exemplaire à notre mouvement. Cher Dr Heinrich vous avez la chance de connaître l’Alsace comme votre poche, et nous profitons de votre haute vision géographique de notre province chaque fois que nous organisons nos rencontres rive gauche du Rhin : de la Collégiale de Wissembourg à l’Écomusée d’Ungersheim, du Nord au Sud en passant par votre ville natale Ribeauvillé, vous nous avez fait découvrir tant de sites prestigieux. Je citerai encore toute la correspondance que vous assumez à la perfection pour garder les liens avec nos adhérents de l’AVAB que nous voudrions plus nombreux. Au niveau national vous participez régulièrement à la rédaction de la lettre de liaison semestrielle de France-Allemagne Vétérinaire, rédaction qui est sous la haute responsabilité du secrétaire, notre ami Philippe Virat, en évoquant en quelques pages les rencontres de notre Amicale. Je suis fier de pouvoir travailler avec vous cher Monsieur Heinrich et avec les amis du Bureau de notre chère AVAB, en particulier Pierre Vogt, Patrice Robert et Joëlle Wermuth, pour donner un sens élevé à notre mouvement transfrontalier. Nous avons aussi œuvré ensemble pour offrir des bourses d’études à des étudiants vétérinaires alsaciens étudiant en France désireux de parfaire leurs connaissances dans une école vétérinaire allemande. Ils nous sont restés fidèles depuis lors et je voudrais saluer deux d’entre eux qui sont parmi nous : Joëlle Wermuth et Emmanuel Metz.
Je voudrais aussi saluer très affectueusement notre ami le Dr Helmuth Schoder, longtemps l’alter ego du Dr Heinrich à Kehl. Tu as, cher ami, toute notre admiration de t’être tant investi dès l’origine dans notre mouvement professionnel pour dynamiser notre section badoise. Isch ben sehr gléglisch und dankbahr, liebe colleguen und badishen freunden von unseren elsass badishe verband, eusch zu entfangen heute in Strasburg und spätziel hier in dem house vom Europäische Kreis. Isch wunsche dass mihr alle wo hier sind, uns nor sehr oft treffen kennen auf der linke un rechte seit unseren Vater Rhein, mir sind schon so lang zusamen fur die freunschaft zwichen Deutchland und Frankreich hohr zu tragen ! Et permettez encore que je rappelle le bonheur que j’ai eu quand j’assumais les fonctions de président de la section Bas- Rhinoise du Syndicat des Vétérinaires d’Exercice Libéral, de pouvoir travailler en parfaite entente avec Madame le Contrôleur Général Josyane Condé, alors Directrice des Services Vétérinaires à Strasbourg, et avec le Docteur Denis Bilger, Président du Conseil Régional de l’Ordre des Vétérinaires d’Alsace. Grand merci à vous et aux responsables des Services Vétérinaires et du Conseil de l’Ordre autant sur le plan national que régional pour le soutien majeur que vous nous accordez, contribuant ainsi de façon significative au succès du rapprochement professionnel et familial des confrères vétérinaires français et allemands. Je voudrais aussi assurer de ma gratitude tous mes amis rotariens présents, en particulier le Président Norbert Clery de mon Rotary Club Strasbourg Kléber, mes chers amis avec lesquels je respecte avec attention notre devise rotarienne « Servir d’abord ». Merci aussi à toi chère Liliane, pour ta présence. Madame Liliane Sutter est Maire de Schwindratzheim, mon village d’accueil depuis 36 ans. élus tous les deux sur la même liste électorale, nous avons en effet œuvré en toute entente pour le bien des habitants de notre commune autour de la table du Conseil Municipal pendant plusieurs mandats successifs.
Et enfin je voudrais associer à mon bonheur et à l’honneur d’avoir été élevé au rang de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite toute ma famille, ici présente... Merci de tout cœur de votre écoute attentive.


Disparition d'un grand ami de FDV, André Bord (30 novembre 1922 - 13 mai 2013)

 


Sans frontières, ni politiques, ni linguistiques, ni géographiques, un ultime hommage solennel a été rendu en la cathédrale de Strasbourg à André Bord, "un homme qui a marqué l'histoire de l'Alsace". L'assemblée réunie dans la cathédrale révélait, par sa diversité, l'ampleur du parcours d'André Bord. Sur les marches montant au choeur de la cathédrale, alors que jouent les grandes orgues, a été disposé un nombre impressionnant de gerbes tricolores, bleu-blanc- rouge, bien sûr comme le suppose le parcours politique d'André Bord... mais aussi noir-rouge-jaune, les couleurs de cette Allemagne que l'ancien résistant n'a eu de cesse de vouloir réconcilier, puis souder à son propre pays.
Le symbole même de ces bouquets associés autour de sa dépouille donnait le ton d'obsèques placées sous le signe du ''destin exceptionnel'' d'un Alsacien. Ces mots sont d'emblée ceux de l'archevêque de Strasbourg, Mgr Jean-Pierre Grallet.André Bord n'ayant pas souhaité d'orateurs non religieux (n'était-ce pas tout à son honneur?), c'est donc l'archevêque de Strasbourg qui a pris soin d'évoquer son parcours de résistant, d'homme politique, de dirigeant sportif et de promoteur de l'Amitié franco-allemande, affirmant même que « le message du Christ n'était pas étranger à cet engagement si fécond. »
Ami de la famille, l'archiprêtre de la cathédrale, Michel Wackenheim, a donné l'homélie. Il y salua le républicain
chrétien, celui qui comme ministre s'était battu pour la liberté y compris de la parole, qui oeuvrait pour l'égalité hors des favoritismes, des clientélismes voire des clanismes, etc. Au cours de la célébration, le père Michel Wackenheim lira La prière des parachutistes, le texte particulièrement émouvant d'André Zirnheld, parachutiste des Forces Françaises tué au combat, texte qu'André Bord
considérait comme son viatique et qui ne le quittait jamais. Enfin, l'évêque de Saint-Claude (Jura), Mgr Vincent Jordy, ancien évêque auxiliaire de
Strasbourg, autre ami d'André Bord et de ses proches, adressera une dernière salutation au défunt « qui, tout au long de sa longue carrière a fait preuve d'une force intérieure rare, notamment pour défendre la cause européenne, a voulu servir et à celui qui a voulu faire un don généreux de lui-même. » La solennité du propos dans la cathédrale a trouvé écho sur le parvis, où les honneurs militaires ont été rendus à André Bord par un important cortège de porte-drapeaux. Tout près du cercueil de l'ami André, Francine, sa courageuse épouse. Et un peu à l'écart, un pupitre portant ses décorations évoquait une dernière fois la vie éminente et, ô combien engagée, de l'ami défunt.
À la demande du président André Desbois, j'ai été très honoré d'avoir eu le rare privilège de représenter à cette cérémonie, particulièrement digne et émouvante, la famille vétérinaire franco-allemande (et alsaco-badoise) toute entière qui, au travers de l'AFAV et de sa section AVAB, est tout particulièrement redevable à l'action menée en sa faveur par notre ami André Bord qui n'hésitait pas, en certaines circonstances et par sympathie pour nos représentants professionnels, à se considérer comme l'ami des vétos !

                                                                                                                                                                                                                                                           
                      André-Xavier Heinrich


                                                                                                                                                                                                                                                                   
Rencontre entre le président du CSO Michel Baussier et le co-président de FDV Jürgen Feind  

Lors des festivités de Noël du jumelage entre des villes de Sanvignes-les-Mines (Saône-et-Loire) et de Eisenberg (Rhénanie-Palatinat), voisine de Kusel où auront lieu nos journées 2015, le président Jürgen Feind a participé au Marché de Noël de Sanvignes et a été très heureux que le président du Conseil supérieur de l’ordre Michel Baussier se soit rendu à son invitation, accompagné de son épouse, le samedi le 14 décembre 2013. Jürgen Feind s’est rendu à son tour chez le président Baussier le dimanche le 15 décembre, chez lui à Montceau-les-Mines. De fructueux échanges ont eu lieu sur les ordres vétérinaires en France et en Allemagne, ainsi, bien entendu que sur France-Allemagne Vétérinaire qui entretient d’excellentes et très amicales relations avec l’Ordre national des vétérinaires. Michel Baussier a demandé à Jürgen Feind de transmettre ses sentiments les plus amicaux au comité de la section allemande de FDV, au président de Bundestierärztekammer (BTK) le Prof. Mantel, au président de la Bundesverband der praktizierenden Tierärzte (BpT) le Dr. Götz, au président de la Bundesverband der beamteten Tierärzte (BbT) le Dr. Hartmann et au président de la Landestierärztekammer Rheinland-Pfalz (LTK) le Dr. Luft.




Michel Baussier (à droite) remet à Jürgen Feind
le rapport annuel de l’Ordre des Vétérinaires et la revue de l'Ordre des vétérinair
es




 
J’ai le triste devoir de vous informer que notre grand ami Dr André Heinrich est décédé ce samedi 24 mai 2014 dans sa chambre d’hôpital où il se remettait de son opération de réparation de la fracture du col du fémur. Il fut le pilier central de notre Amicale vétérinaire transfrontalière Alsace-Bade en tant que membre fondateur et secrétaire-trésorier pendant 38 ans ; il rédigeait pour la lettre de FDV les beaux compte-rendus des réunions semestrielles de l'amicale, que vous avez pu apprécier sur ce site ; il participait aussi régulièrement aux rencontres annuelles de France-Allemagne Vétérinaire.



Otto KERN, un enfant de France-Allemagne-Vétérinaire

N'appartient-il pas à l'un des Pères de FDV que je suis, de rappeler une fois de plus que toute la relation vétérinaire franco-allemande a débuté avec la volonté de créer une Union Européenne des Vétérinaire Praticiens (UEVP) avec l'engagement total du Dr Horst Hagenlocher en 1970, lors de la rencontre européenne de Garmisch-Partenkirchen ; j'avais la mission d'organiser la relation vété-rinaire franco-allemande. Immédiatement nous nous sommes profondément et amicalement unis dans une profonde idéologie, mais que de route à parcourir : Horst m'a fourni le cadre qui me convenait, et pour toute la suite de la relation, que de contacts et de travail ensemble, dans l'amitié et la courtoisie, ce qui ne signifiait pas un quelconque "béni-oui-oui", car il fallait aussi bâtir l'UEVP et enfin la section Bade-Alsace reconnue membre de France-Allemagne Vétérinaire. Nous sommes donc avec Horst HAGENLOCHER en co-paternité franco-allemande.

Et Otto Kern est bien un enfant de FDV. Il nous a quittés le 26 octobre 2015.

N'appartient-il pas encore à l'un des pères de FDV que je suis, officiellement reconnu par mes pairs, d'exprimer très fort notre profonde tristesse et au nom de tous ceux qui l'ont connu et ont apprécié ses immenses qualités d'homme et de responsable vétérinaire de très haut niveau et d'adresser à Hannelore son épouse nos profondes et sincères condoléances. Merci à elle de m'avoir fait parvenir tous les documents de cette première rencontre de vétérinaires français et allemands dans le cadre du géant Boehringer Ingelheim, documents de l'Action Vétérinaire, dont un petit encadré rappelle qu'en 1976 FDV n'avait que quatre ans d'âge et qu'elle avait déjà le souci de faire se rencontrer et connaître les responsables de la profession vétérinaire. Dans le cadre de Boehringer Ingelheim, ce ne fut possible que grâce au talent et à la compétence du Dr Otto Kern. Cette journée du 18 juin 1976, placée entièrement sous sa responsabilité et sous sa conduite, s'exprimant en français, répondant à toutes nos questions ou les devançant, dans une immense délicatesse, ne pouvait pas nous détourner de penser qu'il était déjà un vétérinaire membre de FDV. À la suite de cette rencontre, il s'est engagé totalement dans FDV, dans la discrétion comme dans la permanence et il aura été avec Hannelore un participant assidu de nombreuses rencontres.

André Desbois, président de FDV





Chères consoeurs, chers confrères, chers amis,
 
au nom des membres allemands de France-Allemagne Vétérinaire nous assurons nos amis en France de notre peine et de notre compassion
devant cette horrible et odieuse attaque terroriste à Nice.
Nous exprimons notre sympathie envers les victimes et leurs proches.
Ensemble avec vous nous sommes tous unis dans le deuil.
 
Amitiés attristées.
 
Dr Juergen Feind, co-président allemand de France-Allemagne Vétérinaire



Le Président et les administrateurs de l’association France-Allemagne Vétérinaire ont appris avec une immense tristesse le décès du Professeur Philippe COTTEREAU survenu le 26 août 2016 dans sa 89ème année. Professeur de pathologie médicale du bétail et des animaux de basse-cour à l’Ecole Vétérinaire de Lyon, puis directeur de cette école de 1978 à 1982, le Professeur Cottereau a longtemps soutenu avec force et dévouement notre association professionnelle vétérinaire internationale envers laquelle il montrait beaucoup d’intérêt, ayant en particulier accueilli en 1981 dans dans l’amphithéâtre d’honneur son école de Lyon la prestigieuse cérémonie de mise en place du premier Jumelage d’une École vétérinaire française avec une Hochschule allemande, celles de Lyon et de Hanovre. Fidèle adhérent de FDV pendant de très nombreuses années, le Professeur Cottereau aimait participer à nos journées annuelles, aussi bien en Allemagne qu’en France. Nous présentons nos plus sincères condoléances à Madame Cottereau ainsi qu’à sa famille.


Monsieur le Professeur, Monsieur le Directeur et, plus affectueusement, ainsi que j'avais coutume de vous appeler, mon cher Ancien,

Il m'échoit aujourd'hui le redoutable honneur de prononcer votre éloge funèbre. En effet, en octobre dernier, à l'occasion de l'une de mes visites, vous m'aviez confié que vous sentiez votre fin prochaine et vous m'aviez alors sollicité pour que j'évoque votre carrière à l'occasion de vos obsèques. Il eut fallu un bien grave empêchement pour que je me dérobe à une telle marque d'amitié.

Vous êtes né à Paris au printemps 1927 et c'est en 47, donc à l'âge de 20 ans, qu'après votre service militaire à l'occasion de la seconde guerre mondiale, vous êtes reçu 10ème au concours d'entrée des Ecoles vétérinaires. En bon parisien que vous étiez encore à l'époque, vous choisissez bien sur celle d'Alfort.

Dès votre thèse d'exercice soutenue, vous êtes recruté comme assistant de pathologie médicale et de jurisprudence mais, cette fois-ci, à l'Ecole de Lyon, celle dans laquelle vous exercerez désormais brillamment et définitivement ce métier d'enseignant que vous avez tant aimé et auquel vous vous êtes si généreusement consacré.

Vous réussissez en 1958 ce que l'on a appelé la "double agrégation" car, à l'époque, notre discipline médicale vétérinaire n'était pas encore scindée entre celle des équidés et des carnivores, d'une part, et celle des espèces de rente, d'autre part.

Cinq ans plus tard, vous êtes nommé Professeur titulaire de la Chaire de pathologie médicale du bétail et des animaux de basse-cour.

Mais le Droit et la Jurisprudence vétérinaire vous passionnent toujours et, dès 1965, vous êtes nommé Expert près la Cour d'Appel de Lyon. En 75, vous serez agréé par la Cour de Cassation et vous resterez pendant 25 ans le seul vétérinaire bénéficiant de cette distinction.

Vous étiez enseignant mais vous n'avez pas attendu que soit promulgué le statut d'enseignant-chercheur pour vous livrer à de nombreuses études cliniques. Les quelques 140 publications scientifiques qui portent votre signature en sont la remarquable preuve.

En 1978, alors que l'Ecole achève sa migration depuis son attachant site de Vaise pour emménager dans ses actuels locaux à Marcy-l'Etoile, vous êtes nommé Directeur et c'est donc vous qui, l'année suivante, recevrez Monsieur Raymond BARRE, alors Premier Ministre, pour l'inauguration officielle infrastructures modernes.

En 1981, la France change de Président ainsi que de Gouvernement et vous entrez en conflit ouvert avec l'Administration centrale du Ministère de l'Agriculture. C'est dans ces conditions que, un an plus tard, la Tutelle vous refuse le budget de l'Etablissement que vous lui aviez présenté.

Coïncidence ou conséquence de cette situation, vous êtes victime en 1983 de ce que l'on désigne aujourd'hui sous le terme générique d'accident vasculaire cérébral. Les séquelles neurologiques immédiates vont rapidement vous contraindre à démissionner de vos fonctions de Directeur et à abandonner la plupart de vos activités et de vos responsabilités.

Alors que vous conservez intégralement cette intelligence vive, toujours teintée d'humour, que chacun admirait et dès que vos possibilités physiques vous le permettent, vous vous remettrez à l'ouvrage en vous adonnant à un nouveau métier: celui d'écrivain.

Vous vous attelez d'abord à la rédaction d'un premier monument de la littérature vétérinaire. Sous le titre "Vétérinaire, animal et Droit", vous publiez en 2003 un volumineux ouvrage de référence en trois volumes, monographie actualisée et exhaustive du Droit et de la Jurisprudence vétérinaire, venant ainsi combler le vide laissé par l'interruption des éditions successives du classique "Traité de Jurisprudence vétérinaire" du Professeur BRION.

Cette nouvelle vocation semble vous satisfaire pleinement, puisque très vite vous reprenez la plume et, avec le concours de Madame Janine WEBER-GODDE, vous vous lancez un nouveau défi: celui de rédiger la plus complète biographie de Claude BOURGELAT jamais écrite. Le challenge sera réussi puisqu'en 2011, vous publiez un ouvrage magnifique qui satisfait amplement à l'objectif que vous vous étiez fixé. Il sera d'ailleurs l'un des fleurons de l'Année mondiale vétérinaire.

Vous nous avez donné, Monsieur, l'exemple d'un magnifique parcours professionnel. Mais il ne serait pas aussi exceptionnel s'il n'était pas accompagné en filigrane de l'amour que vous avez porté à vos trois familles. J'ai bien dit: trois familles.

La première, c'est bien évidement celle du foyer que vous avez créé. J'ai pu être le témoin de nombreux gestes de tendresse à l'égard de votre épouse. Vous m'avez toujours parlé de vos enfants avec un harmonieux mélange d'affection et de fierté. Bref, vous avez manifestement trouvé dans votre maison une véritable source de bonheur. Je ne doute pas que vous en ayez été le principal responsable.

La seconde, c'est votre famille professionnelle. Oui, la profession vétérinaire était assurément votre deuxième famille. Vous vous êtes beaucoup dévoué pour elle, non seulement dans votre fonction d'enseignant qui vous tenait tant à cœur, mais aussi parce que vous avez exercé successivement à son profit de nombreuses responsabilités importantes: Président du syndicat des enseignants, Président du Conseil régional de l'Ordre, Vice-président du Conseil supérieur de l'Ordre et enfin Président-adjoint du Syndicat national des vétérinaires français. Vous avez aimé vos confrères et je peux vous assurer qu'ils vous le rendent bien.

Enfin votre troisième famille, c'est notre Patrie. Vous aimiez profondément la France. Vous avez d'abord servi son armée avec courage comme le démontre les décorations que vous avez obtenues à titre militaire et votre haut grade d'officier de réserve. Par ailleurs, dans la vie civile, vous avez saisi toutes les occasions de porter haut le drapeau tricolore sur tous les continents dans les nombreuses manifestations vétérinaires dans lesquelles votre participation était sollicitée.

La belle colonne s'était d'abord fissurée. Elle est aujourd'hui à jamais brisée. Je veux croire que vous êtes entré maintenant dans une autre vie et que vous y avez déjà trouvé un autre bonheur. Pour nous qui avons eu la chance de vous connaitre ici-bas et qui demeurons dans cette vie terrestre, vous resterez vivant dans nos esprits et dans nos cœurs car vous y avez laissé une empreinte qui ne disparaitra que lorsque nous vous rejoindrons.

A n'en pas douter, vous avez été un grand monsieur, Monsieur!




Décès du Dr Horst HAGENLOCHER



Nous apprenons le décès, le 15 décembre 2016 à l’âge de 92 ans, de notre confrère Horst Hagenlocher, né en 1924 à Calw, Bade-Württemberg. En 1941 il fait son service militaire à Karlsruhe et Belfort et de 1941 à 1945 il séjourne à l’Académie militaire de Hanovre avec différentes missions de guerre en Russie et en France. Il entame en même temps des études à l'Université de médecine vétérinaire de Hanovre, études interrompues en 1945 par sa captivité en France. De 1946 à 1947 il poursuit ses études vétérinaires à Hanovre, et devient docteur en médecine vétérinaire. De 1947 à 1949, il est assistant en pratique vétérinaire pour les animaux de rente dans le land de Haute-Souabe (à Riedlingen, Bad Schussenried et Bad Waldsee). En 1949, il devient praticien pour les animaux de rente à Hochdorf bei Horb, aujourd'hui Nagold-Hochdorf. En 1977, il occupe les fonctions de directeur d’un abattoir près de Nagold et crée une clinique vétérinaire dans cette ville. En 1986 il se spécialise dans les traitements vétérinaires pour les moutons, sur différents troupeaux à Calw, Böblingen, Freudenstadt, Balingen, Rottweil et Tuttlingen. Il crée enfin une clinique pour animaux de compagnie, qui l’occupera jusqu’à sa retraite.

Horst Hagenlocher fut membre de nombreuses commissions et comités nationaux et internationaux. Nous retiendrons en particulier qu’il fut membre fondateur de l'Association nationale des praticiens vétérinaires du Bade-Württemberg (1962), président de l’association fédérale des vétérinaires praticiens (1967/87), président de l’UEVP (1974/78), président de la FVE (1979/83), fondateur et président de l’association vétérinaire germano-israélienne, en 1977, co-fondateur et président de la section Bade-Alsace de France-Allemagne Vétérinaire, en 1989, fondateur de l’association vétérinaire pour la protection des animaux, etc... Mais il fut surtout, en 1971, stimulé par l’enthousiasme du président André Desbois, l’un des initiateurs de notre association France-Allemagne Vétérinaire.
Il effectua environ 50 publications professionnelles et fut l’auteur de plusieurs ouvrages, dont "des vues et des idées", "333 conseils pour animaux domestiques", "Les animaux sont mes amis". Il fut titulaire de nombreuses distinctions, dont nous retiendrons en 1988 la Grande Croix du Mérite fédéral. Horst a bien mérité du franco-allemand vétérinaire. Nous nous souviendrons de lui.

Philippe VIRAT
  Secrétaire général de FDV

C’est avec une infinie tristesse que nous apprenons à France-Allemagne Vétérinaire et dans notre Amicale Vétérinaire Alsace Bade le décès de Dr Horst Hagenlocher, associations dont il fut Président Fondateur du côté allemand. Nous adressons à sa famille nos plus sincères condoléances à l’occasion de ce grand deuil.
Le Dr Horst Hagenlocher eut en effet l’idée géniale partagée avec ses amis les Drs André Desbois et Stephen Guyet de faire se rencontrer dès le début de la décennie des années 1970 les confrères allemands et français, et dans la foulée les confrères badois et alsaciens, et leurs familles, et aussi le talent de soutenir sans faille ces deux associations internationales et transfrontalières qui prospèrent encore aujourd’hui, 45 ans plus tard ! Nous sommes sincèrement reconnaissants au Dr Horst Hagenlocher d’avoir initié avec les Dr André Desbois et Dr Stephen Guyet le rapprochement dans l’amitié des confrère vétérinaires des deux côtés du Rhin, œuvrant ainsi pour une Paix durable entre nos deux grands pays.

Pierre HAAS
Président délégué de l’Association France-Allemagne Vétérinaire
Président de l’Amicale Vétérinaire Alsace Bade


Message du Dr Jacques Guérin, président du Conseil national de l'Ordre des vétérinaires
lu par le président François Jolivet à l'occasion des journées France-Allemagne Vétérinaire de Senden/Münster



Le Dr Jacques Guérin (cliché Le Point vétérinaire
)


 
C’est avec un grand plaisir que je m’adresse à vous par la voix de mon confrère et ami, le Dr François Jolivet, conseiller national de l’Ordre des vétérinaires de France, pour vous témoigner de l’intérêt que les vétérinaires allemands et français ont à entretenir des relations utiles et fructueuses depuis de longues années.

J’attache une importance toute particulière à une approche européenne des problématiques qui touchent la profession vétérinaire et en premier lieu la question de la reconnaissance des qualifications professionnelles au sein de l’UE, pour autant que nous ayons pour ambition que cette reconnaissance soit fondée sur un contrôle avéré des écoles et des universités qui les délivrent, sur la base d’un référentiel de compétences commun et non, pour certains, sur la foi d’une déclaration d’intention reléguant la formation initiale des vétérinaires au rang d’un commerce dont la rentabilité est l’objectif princeps. Le haut niveau de qualification des vétérinaires européens doit être un objectif majeur que l’Allemagne et la France doivent défendre et soutenir devant les institutions européennes.


L’Europe est en profonde mutation accélérée. Nos deux pays n’échappent pas à cette règle. La révolution numérique nous questionne quant aux modalités de notre exercice futur de la médecine et de la chirurgie des animaux au même titre que l’intérêt des investisseurs financiers pour intégrer le capital des sociétés vétérinaires pose la problématique de l’indépendance des professionnels vétérinaires dans l’exercice de leur art au sein de ces sociétés et des établissements de soins vétérinaires qu’elles détiennent.


L’Ordre des vétérinaires de France, en coopération avec le syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral, mène actuellement une large concertation, Vetfuturs France dont l’ambition est de réfléchir collectivement à l’exercice des métiers vétérinaires à l’horizon 2030. Une première restitution de nos travaux aura lieu le vendredi 10 novembre 2017 à l’occasion du congrès ordinal de Nancy. Je vous y invite pour que nous puissions ensemble partager nos expériences et nos visions de l’exercice vétérinaire en Europe mais aussi pour fêter les 70 ans de l’ordre des vétérinaires de France. Je serai très honoré de votre présence.

Je vous souhaite de très bonnes rencontres à Münster !

Bien confraternellement.



FGS 2017

L’ENVT a organisé, du 3 au 13 juillet 2017, la 5ème édition de la « French German Summer School for the promotion of veterinary science ». Rappelons qu’il s’agit d’un programme collaboratif, coordonné par Oniris et l'Université de Giessen, qui rassemble les écoles ou facultés vétérinaires européennes, germanophones (Berlin, Giessen, Hanovre, Leipzig, Munich, Vienne, Berne et Zurich) et francophones (les quatre Ecoles Vétérinaires Françaises et la faculté de Liège).



Au cours d’une école d’été (Summer School), destinée à des étudiants en thèse d’Université, Master ou en résidanat, une formation théorique et pratique de haut niveau est ciblée sur un thème original et d’actualité en sciences vétérinaires. Sur une période de deux semaines, organisée tour à tour par un des établissements membres, les jeunes chercheurs ont ainsi l’occasion d’échanger et de développer des collaborations scientifiques.

En 2013 : La première édition s'est déroulée à la Faculté Vétérinaire de Giessen (Allemagne) sur le thème "Membrane proteins: from cloning to function"
En 2014 : La deuxième édition s’est déroulée à Oniris (France, Lyon) sur le thème "Biotherapy and regenerative medicine"
En 2015 : La troisième édition s’est tenue à VetSuisse-Fakultät Universität Bern (Suisse) sur le thème "The exotic side of veterinary medicine: bees, fish, wildlife and zoo animals"
En 2016 : La quatrième édition a eu lieu à la Faculté vétérinaire de Hanovre sur le thème "Infectious diseases – present and future challenges for veterinary medicine"
 
Pour cette édition 2017, c’est l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse qui a accueilli sur son campus, du 3 au 13 juillet, 21 étudiants issus de neuf établissements vétérinaires, sous la responsabilité de la Direction Scientifique et du service en charge des Relations Internationales de l’ENVT.

La communauté des enseignants-chercheurs et chercheurs, impliqués dans les unités de recherche IHAP et Toxalim de l’ENVT, a conçu et mis en œuvre un programme complet sur le thème : "Tackling drug resistance by reducing the use of drugs against bacteria, fungi and parasites".





Ce programme a été décliné en enseignements théorique et pratique, en laboratoire et en élevage. Après une formation intense, la fin de semaine a été l’occasion de découvrir quelques joyaux touristiques de la région Toulousaine.



Les participants à l'Université d'été franco-allemande à Toulouse en juillet 2017 (à gauche, la directrice de l'ENVT, Dr Isabelle Chmitelin )

Source : ENVT


L'Ecole nationale vétérinaire d'Alfort a un nouveau Directeur ! Il s'agit de notre ami (et membre de notre groupe Facebook) le Professeur Christophe Degueurce, enseignant d'anatomie et également conservateur du musée Fragonard, qui a été nommé Directeur de l'ENVA le 27 juillet dernier. France-Allemagne Vétérinaire lui adresse ses plus sincères félicitations.

Après la réussite cette année, de la visite d'évaluation de l'ENVA par l'AEEEV, association européenne qui accrédite les établissements d'enseignement vétérinaires, et l'entrée au sein du classement Shanghai, l'ENVA est prête à affronter les défis de demain de l'enseignement et de la recherche vétérinaire !


De nombreux grands chantiers sont à venir.
Parmi eux, le Directeur aura à mener à son terme un projet immobilier d'envergure, débuté en 2014, qui devrait aboutir à la rénovation complète du campus de Maisons-Alfort et au renforcement du pôle équin en Normandie. Ce projet permettra à l'ENVA de disposer de moyens performants pour répondre à ses missions d'enseignement et de recherche, au bénéfice des étudiants et des personnels.

L'ENVA devra également prendre part et accompagner les débats qui perfusent la profession vétérinaire, et faire évoluer son modèle avec les nouveaux enjeux sociétaux. Cette réflexion sera concomitante d'une démarche participative de grande ampleur qui impliquera chaque membre de la communauté alforienne et qui aura pour objectif de définir un nouveau projet d'établissement pour l'ENVA à l'horizon 2021.



RETOUR