Avant-propos / L'appel fondateur / Infos / Statuts / Bureau 2017 / Université d'été franco-allemandeStages 2017 / Journées annuellesFDV 40 ans / Jumelages / Echanges d'enfants/ Bade-Alsace / Témoignages /Actualités / vers l'avenir ! / liens /e-mail


LES JOURNÉES 2018 DE FRANCE-ALLEMAGNE VETERINAIRE SE DÉROULERONT À L'ASCENSION, EN HAUTE-SAVOIE, À SAINT-PIERRE EN FAUCIGNY

(informations début 2018)

JOURNÉES FDV DEPUIS 1973

1973
Beaune
1974 Brunswick 1975
Lure
1976
Mayence
1977
Nevers
1978
Fribourg
1979
Rouen
1980 Bischofsgrün 1981
Lyon
1982 Hannovre
1983 Toulouse
1984
Munich
1985
Nantes
1986
Gießen
1987
Berlin
1988
Paris
1989 Constance 1990
Dijon
1991
Aix
la Chapelle
1992
Lorient
1993 Wuppertal 1994
Annecy
1995
Munich
1996
Toulouse
1997 Schwerin 1998
Collonges la Rouge
1999
Dresde
2000
Toulon
2001 Darmstadt 2002 Strasbourg
2003
Fulda
2004
Nancy
2005
Trèves
2006 Clermont-Ferrand 2007 Augsbourg 2008 Macon 2009
Leipzig
2010
Metz
2011
Hanau
2012
Colmar
2013
Essen
2014
Besançon
2015
Kusel
2016
Troyes
2017
Münster
2018
Saint-Pierre
en Faucigny


JOURNÉES FDV 2017 À D-MUNSTER
 
Cette année nous étions conviés pour le pont de l'Ascension à Münster en Allemagne (Rhénanie du nord - Westphalie).

Jeudi 25 mai :

Accueil chaleureux des participants et par un temps superbe, au milieu de la nature westphalienne, à l'hôtel Hofhotel Senden, gigantesque corps de ferme transformé en hôtel luxueux. Nos joyeuses retrouvailles commencent par le traditionnel pot de l’amitié accompagné d’une introduction sur Münster et sa région par nos organisateurs, Sandra et Ulrich Severin. Puis les Présidents Feind et Guyet, après avoir remercié le Dr Severin, expriment une pensée affectueuse pour notre Président fondateur André Desbois. Après un dîner de saison composé de produits de la ferme attenante, (asperges, fraises et pommes de terre) et un dernier verre, chacun se retire dans ses appartements.

Vendredi 26 mai :

10 h : après le jogging matinal de certains d’entre nous, nous nous dirigeons vers le château de Nordkirchen, le plus grand château entouré d'eau de la région, appelé pompeusement le « Versailles de Westphalie », entendre le modèle du vieux Versailles avant les aménagements de Jules Hardouin-Mansart, avec son parterre de broderie de buis et l'île de Vénus, animée de belles sculptures de 1721. Ludger, premier évêque de Münster, reçut ce domaine de Charlemagne. En 1350 la famille de Morreim obtint le maréchalat héréditaire qu'elle gardera plus de 300 ans. En 1600 une autre famille noble investit le lieu. En 1691, faute de descendants, le site fut racheté par l'évêque, qui le rasa en 1694 et le reconstruisit selon son goût. Le dernier membre de cette lignée épousa un noble hongrois, Esterhazy. En 1903 la propriété passa à un industriel. En 1949 le château fut loué pour le mark symbolique, les extérieurs ayant été entretenus mais l'intérieur laissé à l'abandon. Aujourd'hui il est occupé par une école de finances, avec un cursus de trois ans ; 1250 étudiants y sont logés. En 1958, le Land rachèta le tout. La Chapelle est dédiée à Marie ; au plafond, peinture vissée, oeuvre italienne, aux angles les quatre évangélistes, aux murs les Pères de l'Eglise. Elle recevait toute confessions ; l'autel, couvert d'or, don de Louis XIV, est encadré d'une arcade portant blason ; les orgues à 494 tuyaux sont sous coffre, au fond. Les bancs sont volontairement inconfortables pour tenir les ouailles éveillées ! Le vestibule avec son escalier majestueux, imposé par la largeur des toilettes des dames, est le lieu d'accueil des hôtes de marque : chefs d'orchestre, cinéastes, politiques ; le lieu est loué pour concerts, tournages de films et réunions de chefs d'états. Les colonnes sont en bois imitation marbre, de style baroque. Le blason central entouré de deux lions évoque force et pouvoir. Le salon impérial est ainsi nommé en souvenir des visites de Charles VI et Frantz de Lorraine. À noter que des mariages civils s'y déroulent (520 en 2016), heures et jours indifférents (ex. : le 2-2-2000 à 2 h du matin !). La bibliothèque possède 45 000 ouvrages, exclusivement sur les finances. La Salle Jupiter, en hommage aux prouesses d'Hercule, présente un somptueux lustre en cristal de Bohème de 300 kg, les tapisseries en soie damassée viennent de Lyon en France. La salle Olympe doit son nom à la fresque sur la cheminée. Au mur un beau portrait des époux Esterhazy de 1833. La salle à manger a conservé de magnifiques boiseries de 1725, un temps peintes en blanc, avec buffet français, lustre de Murano. Deux vasques lavabos, alors seul point d'eau du château. La chambre à coucher présente une broderie datant de plus de 300 ans et un plafond orné des quatre arts. La salle des femmes est la plus agréable car la plus claire et la mieux située. Enfin la salle de classe est encore en fonction de nos jours. Guillaume II désirant résider au château y fit installer eau, électricité et téléphone. Il est à souligner que la seconde guerre mondiale épargna le site car le propriétaire, semi belge, installa drapeau belge et croix rouge sur le toit ! Aujourd'hui le site est patrimoine de l'UNESCO.




Le groupe des joyeux congressisres devant le château de Nordkirchen (cliché M. Guyet)

Après le repas pris près du château au restaurant Schlossstube pour une pause aux saveurs printa-nières, visite libre Münster, capitale du vélo.

16 h 30 : Visite de la Mairie avec en particulier la salle historique appelée originellement « salle du Conseil », où furent signés les traités de Westphalie : c'est pourquoi cette « salle du Conseil » fut rebaptisée « salle de la Paix » ; elle servait de salle de justice deux fois par semaine. Boiseries d’origine représentant J.C. et ses apôtres, les quatre évangélistes, et saint Paul qui donna son nom à la cathédrale de la ville. Aux murs, 37 portraits de souverains et ambassadeurs qui oeuvrèrent durant cinq ans pour mettre fin à cette guerre de 30 ans entre catholiques et protestants. En vitrine un coq qui sert d'urne est le symbole mythique de la force de la ville.



Une partie des étonnantes boiseries classées, dans la « salle de la Paix » (cliché P.V.)


18 h : Visite du vieux Münster, accompagnés de guides français et allemands. Ville étudiante dynamique, initialement catholique. Sous Charlemagne c'est une bourgade entourée de marais. L'église Saint-Lambert offre la particularité de montrer sur son clocher trois cages suspendues qui servirent à enfermer les anabaptistes, dont les cadavres servaient d'exemple. Des bâtiments neufs reflètent les anciens par un jeu de miroirs et souci d'intégration. Sur le sol, 39 plaques en cuivre rappellent le rattachement de la ville à la ligue hanséatique dont elle fut le 13ème maillon. L'église Saint-Clément, en forme d'arc, jouit d'une belle acoustique prisée pour les concerts avec un autel très coloré et théâtral. La place à l'arrière de la mairie est occupée par le « banc de tolérance », en fonte. À souligner l'axe dégagé Mairie / Église qui se surveillent et s'impressionnent.

20 h : Dîner typiquement westphalien au Greftenhauss, au sein du musée de plein air au Mühlenhof, avec choucroute et jambon westphalien, servi dans une ancienne grange avec beaucoup de caractère, suivi de la visite du Musée de plein air : reconstitution d'un moulin à ailes orientables, maison du meunier du XVIIe s., boulangerie du XVIIe s. qui fonctionne encore les dimanches, la forge, et enfin une maison de 1619 (remontée en 1963), où les gens vivaient avec leurs animaux. Pas de    cheminée, le foyer, entretenu jour et nuit, envoyait sa fumée sortir par les issues. En mezzanine, instruments agraires et provisions. Une salle d'eau rudimentaire alimentée par un puits. Le clou de ce voyage dans le temps est la salle de classe avec cartables en bois pour casse-croûte et crayons, broderies, abécédaires. La classe unique de cette école rurale fonctionna de 1823 à 1950.

Samedi 27 mai :

9 h : départ sous un beau soleil pour le haras régional de Warendorf, domaine de près de 8 hectares, coeur de l'élevage du fameux cheval de Westphalie, autrefois hors la ville, aujourd'hui enclavé par l'urbanisation.  



L’imposante et vaste cour centrale des haras de Warendorf (cliché P.V.)

Le haras possède des étalons, les éleveurs venant avec leurs juments. Les bâtiments et la maison du chef sont en briques orange et jaune avec fenêtres en arcade, classés depuis 1870. Le personnel est exclusivement masculin jusqu'en 1996, où des jeunes filles sont admises comme lads. La Rhénanie compte 18 stations de monte, 70 employés en tout plus 21 en formation, disponibles 24 h / 24 h toute l'année ; le recrutement demande de la passion. Plus de maréchal-ferrant ni de vété-rinaire attitrés, mais contrat en ville. L'école d'équitation possède 50 chevaux ; cursus de trois ans, élevage, attelage, cavalier pro. Se côtoient chevaux de trait pour labour et garde génétique et chevaux de selle pour concours et loisirs. Stockage de semence d'éléments gagnants en saut, dressage... avantage souligné de l'insémi-nation artificielle. Nous rendons visite à quelques stars comme Flavie, Enzo, Merci. Certaines crinières sont déjà tressées pour de prochains concours. Depuis 2009 le marquage au fer est proscrit au profit du transpondeur (puce électronique). Nous longeons les box à douche et apprenons que les trois repas journaliers se composent de foin, avoine, carottes, muesli ; la litière est constituée de paille ou de copeaux. L’exposition des médailles gagnées par le haras est impressionnant.

14 h 30 : après un déjeuner au restaurant Emshoff, Assemblée générale à l'Hôtel Am Wasserturm à Münster. Le quorum est atteint grâce aux nombreuses procurations. Après cette année de transition le Dr Guyet présente le rapport moral et parle d'avenir avec le renouvellement annoncé de tout le bureau ; il veut miser sur la jeunesse. Le Dr Haas relate le passé : fondation par le Dr Desbois (qui à ce jour se retire - ovation pour son parcours) il y a plus de 40 ans à Lure chez Vétoquinol. Remerciements au Dr Pierson, organisateur à Troyes en 2016. Le Dr Virat, secrétaire-général, expose le rapport d’activités (applaudi pour son énorme travail informatique). Le Dr Catherine Hervé, trésorière, après son rapport financier, conclut à des finances saines. Élection du nouveau Conseil d’administration puis installation du bureau (approuvé à l'unanimité) ; sont ainsi élus ou réélus : François Jolivet, président, Julie Antoine, vice-présidente, Chantal Pia, présidente-déléguée et Marie-Laure Lyon, administratrice en charge des relations avec les étudiant(e)s, tandis que Philippe Virat et Catherine Hervé conservent leur poste de secrétaire-général et de trésorière. Le nouveau siège social est logiquement établi à l´adresse du secrétaire-général Philippe Virat. La cotisation est maintenue à 25 € et est instaurée une cotisation spéciale étudiants à 10 €. Pour terminer, le Professeur Hoffmann nous fait un compte-rendu de l´évolution de la French German Summer School qui a fêté cette année sa cinquième année d’existence à l’École vétérinaire de Toulouse.
Suivent les conférences scientifiques par le Professeur Ulrike Matis, membre de l’European College of Veterinary Surgeons. Le Pr Matis nous fait un exposé très complet et illustré de nombreuses photographies sur les méthodes conventionnelles et innovatrices des ostéotomies correctrices de la chirurgie des ligaments croisés du chien ainsi que sur la chirurgie de la hanche.

Programme des accompagnants : Visite du Musée des arts et de la culture de Münster. Fondé en 1908 avec de multiples entrées, il sert de passage couvert pour traverser la ville ! Avec son fond de 1900 oeuvres et des expositions ponctuelles, il est très vivant. Le clou est une yourte qui valut à son auteur un prix spécial. Les impressionnistes allemands, considérés comme dégénérés par le nazisme, se réfugient à Paris (influences de Renoir et Toulouse Lautrec entre autres). Certaines toiles sont peintes des deux côtés par souci d'économie. Traversée de la salle du jeu de cartes historiques de la Paix de Westphalie. Superbe croix du XIIe s. avec les quatre évangélistes en médaillon. Belle collection d'objets religieux dont une vierge à l'enfant du XIVe s. Les anabaptistes ont mutilé beaucoup d'oeuvres (dont une « entrée du Christ à Jérusalem »). Un grand nombre a été caché pendant les périodes sombres de l'Histoire. Une cloche en bois du XVIe s. dans la salle d'art des cloîtres sonne la fin du parcours.

20 h : Après une petite mise en beauté, tout le monde se retrouve à l´hôtel pour la soirée de gala. L'organisateur et sa famille reçoivent dons et ovations mérités ainsi que les membres sortants du bureau. Suit la présentation du nouveau Conseil d’administration français, les remerciements, la préparation des cartes postales pour les absents et bien entendu le chœur des étudiants (aidé par toute l´assemblée) qui entonne, selon la tradition, l'Hymne à la joie puis des chants populaires allemands. C'est dans la bonne humeur mais avec un petit pincement au cœur que se termine le cru 2017 particulièrement apprécié, qui donne déjà envie de savourer celui que nous concoctent nos amis Catherine et Philippe Hervé pour 2018 dans leur fief de Savoie.

Julie Antoine,
avec la complicité efficace de Marie-Laure Lyon
et de Georgette Robin (Past présidente de l’AFFV)



 

 
                                               

RETOUR