UNIVERSITÉ D'ÉTÉ FRANCO-ALLEMANDE

 

L’université d’été franco-allemande (French German Summer School for Promotion of Veterinary Sciences) est basée sur un contrat signé par toutes les institutions éducatives vétérinaires allemandes et françaises. L’idée a été lancé par FAV et son président Dr André Desbois. Les groupes-cible de ces conférences tenues en anglais sont les post-gradués ainsi que les étudiants vétérinaires en phase avancée de leurs études. Le financement de la FGSS est assuré par les écoles et facultés vétérinaires avec 600,00 € par participant, ainsi que par des dons.

 

Immense satisfaction à l’occasion de l'aboutissement d'une idée longuement mûrie : 
les vétérinaires créent une Université d’été franco-allemande. 
L’ouverture a eu lieu en 2013. Propos préliminaires.


L’unité de formation et de recherche vétérinaires de l’Université Justus-Liebig (J.L.U.) de Gießen ne jouit pas seulement en Allemagne d’une renommée hors pair. Les membres de cette université sont fiers que leurs collègues étrangers les aient choisis pour créer une université vétérinaire d’été.
La première session de cette université d’été FGS (= French-German-School)  se déroulera du 19 au 31 août 2013 au n° 10 de la J.L.U. sur le thème « protéines membranaires, du clonage à la fonction ». Ce choix résulte d’une communication scientifique de la J.L.U. ; les intenses travaux préparatoires sont maintenant achevés Le signal de départ pour cette création a été donné à Budapest dans le cadre de la 25ème assemblée générale de l’Association européenne de l’enseignement vétérinaire ( EAEVE).
Les responsables de toutes les unités d’enseignement vétérinaire allemandes : Berlin, Gießen, Hannover, München, Zürich-Bern et les unités de langue française : Lyon, Alfort, Nantes, Toulouse, Liège, ont accepté et signé les statuts pour la mise en place d’une Université d’été pour la promotion de la science vétérinaire, soit FGS.
Les  statuts prévoient que, une fois par an, l’un des participants fondateurs organise l’Université d’été de l’année. Chaque unité peut envoyer jusqu’à deux participants, qui, dans la règle, ont déjà atteint un deuxième échelon de diplôme. Les frais de participation seront supportés par les structures des participants, grâce à quoi les bases de la FGS sont assurées. L’Unité de Gießen compte sur 20 participants pour la première session de 2013. Avec le thème « protéines membranaires » , les organisateurs se saisissent d’un thème de la plus haute actualité et déjà travaillé par différents acteurs. À côté de quelques conférenciers d’audience internationale, il est possible que des propres rangs des participants de nouveaux intéressés se présentent.
Avec la signature des statuts de la FGS, c’est une idée caressée depuis longtemps qui vient d’être réalisée, se réjouit le Pr Bernd Hoffmann, président émérite de la « Journée des facultés vétérinaires », devenu co-initiateur et coordinateur de cette initiative franco-allemande exceptionnelle.
Déjà, à Paris, en 2004, avec la participation des facultés allemandes, du représentant du Ministre, des délégués ministériels, avait eu lieu un important colloque sur le thème suivant : « À partir des jumelages des Facultés vétérinaires et des Écoles vétérinaires,  vers une Université franco-allemande ».
Les premiers efforts se perdirent dans le sable, et c’est seulement grâce à la structure « Journée des facultés vétérinaires », présidée alors par le Pr Hoffmann et à son initiative, qu’il a été possible de planifier tous les détails de l’Université d’été et de remettre le train en marche. Le Pr Hoffmann en reçut mandat après sa présidence du Fakultentag.
Précédant la signature à Budapest eut lieu une première rencontre des représentants des facultés et écoles en Mai 2011 à Lyon, à l’occasion du 250ème anniversaire de la fondation de l’École vétérinaire de Lyon.
La représentation de tous les participants s’est montrée fermement persuadée que transparence et coopération  réciproque, basées sur un intérêt scientifique, connaîtront de grands progrès avec la FGS.
Depuis plus de vingt ans, le « père de France-Allemagne-Vétérinaire », Verband Deutsch-Französischer Tierärzte, le Dr André Desbois, détenteur de hautes décorations françaises et allemandes (Verdienstkreuz 1 Klasse, Wilhelm-Pfeiffer Medaille des Fachbereichs Veterinärmedizin der JLU...) a soutenu  inlassablement avec les autres responsables de l’Association la création de cette Sommerschool.
Même si le financement de la FGS est en grande partie assuré par la participation des Unités d’enseignement vétérinaire, des moyens additionnels seront indispensables pour assurer à long terme une formation permanente.
                                



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rapport final


Chers collègues,

A/ La première FGS est derrière nous et je voudrais vous en donner un bref rapport.

1. Participation : À l'exception d’Alfort, tous les établissements participants avait délégué un ou deux élèves.  

2. Qualification de l'étudiant : trois participants étaient encore étudiants, mais déjà hautement qualifiés.

3. Une évaluation anonyme par les étudiants « non-Gießen » a été effectuée. 
Mes commentaires sont les suivants:
    ● Les élèves étaient en général très motivés et ont apprécié les cours.
    ● Bien que certains étudiants aient été modérément satisfaits par le logement fourni, tous ont « survécu » et semblaient heureux.
    ● Il est important de noter que la plupart des établissements, à l'exception du coût brut pour les cours, ont fourni une aide supplémentaire pour le logement et le voyage (parfois à hauteur de 100% )

4. Selon moi, la coopération avec les établissements participants fut excellente.

5. Recommandations : à L’avenir, afin de garantir une bonne interaction avec les élèves participants, leurs adresses privées, e-mails et connexions téléphoniques devront être connus de l'école organisatrice, avec leur candidature, dès que possible.

6. Coût : Il s'est avéré difficile de calculer le coût exact pour les exercices de laboratoire prévus, car tous les groupes participants ont aussi utilisé leurs propres stocks et réserves. Par conséquent, un montant forfaitaire de 600 € a été avancé à chaque groupe par journée d'enseignement en laboratoire. Nous n'avons eu aucun problème à lever des fonds pour couvrir la différence entre les recettes et les dépenses.

7. Tous les élèves participants ont reçu un certificat indiquant également les points de crédit ECTS acquis.

B/ Les actions futures :

    La prochaine FGS aura lieu à Oniris / Nantes du 30 Juin au 12 Juillet 2014.
    Le sujet traité est le suivant : « Biothérapie et médecine régénérative : cellules, gènes, bioanalyse, des modèles animaux ».
    Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de Elisabeth Dartois, chargée de la formation à - et par - la Recherche / Service Recherche et Etudes Doctorales Oniris (elisabeth.dartois @ Oniris -nantes.fr).
    
    Il serait sans doute bon que les étudiants participants soient désignés dès que possible .
    
    Nous vous rappelons que, conformément au § 8 des statuts, une brève réunion aura lieu à l'occasion de la prochaine Assemblée Générale EAEVE qui aura lieu à Murcie (Espagne), les 21 et 22 mai 2014. De plus amples détails suivront.

 






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pr Bernd HOFFMANN 
 
Pr Bernd HOFFMANN 
(traduction André DESBOIS)

Pr Bernd HOFFMANN

(traduit de l'anglais par Philippe Virat)

French German Summer School Toulouse 2017

L’ENVT a organisé, du 3 au 13 juillet 2017, la 5ème édition de la « French German Summer School for the promotion of veterinary science ». Rappelons qu’il s’agit d’un programme collaboratif, coordonné par Oniris et l'Université de Giessen, qui rassemble les écoles ou facultés vétérinaires européennes, germanophones (Berlin, Giessen, Hanovre, Leipzig, Munich, Vienne, Berne et Zurich) et francophones (les quatre Ecoles Vétérinaires Françaises et la faculté de Liège).Au cours d’une école d’été (Summer School), destinée à des étudiants en thèse d’Université, Master ou en résidanat, une formation théorique et pratique de haut niveau est ciblée sur un thème original et d’actualité en sciences vétérinaires. Sur une période de deux semaines, organisée tour à tour par un des établissements membres, les jeunes chercheurs ont ainsi l’occasion d’échanger et de développer des collaborations scientifiques.- En 2013 : La première édition s'est déroulée à la Faculté Vétérinaire de Giessen (Allemagne) sur le thème "Membrane proteins: from cloning to function"- En 2014 : La deuxième édition s’est déroulée à Oniris (France, Lyon) sur le thème "Biotherapy and regenerative medicine"- En 2015 : La troisième édition s’est tenue à VetSuisse-Fakultät Universität Bern (Suisse) sur le thème "The exotic side of veterinary medicine: bees, fish, wildlife and zoo animals"- En 2016 : La quatrième édition a eu lieu à la Faculté vétérinaire de Hanovre sur le thème "Infectious diseases – present and future challenges for veterinary medicine"Pour cette édition 2017, c’est l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse qui a accueilli sur son campus, du 3 au 13 juillet, 21 étudiants issus de neuf établissements vétérinaires, sous la responsabilité de la Direction Scientifique et du service en charge des Relations Internationales de l’ENVT.La communauté des enseignants-chercheurs et chercheurs, impliqués dans les unités de recherche IHAP et Toxalim de l’ENVT, a conçu et mis en œuvre un programme complet sur le thème : "Tackling drug resistance by reducing the use of drugs against bacteria, fungi and parasites". Ce programme a été décliné en enseignements théorique et pratique, en laboratoire et en élevage. Après une formation intense, la fin de semaine a été l’occasion de découvrir quelques joyaux touristiques de la région Toulousaine.

Les participants à l'Université d'été franco-allemande à Toulouse en juillet 2017. À gauche, la directrice de l'ENVT,
Dr Isabelle Chmitelin
(Source : ENVT)
French German Summer School - Vetmeduni Vienne (Autriche) - 01.07 / 14.07.2018

"De l'alimentation animale à l'alimentation humaine : qualité et sécurité dans la production alimentaire"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Université d'été franco-allemande (FGSS) de cette année a été consacrée au thème de la sécurité et de la qualité des aliments tout au long de la chaîne alimentaire. Les doctorantes et doctorants participants étaient originaires de Toulouse, Liège, Zurich, Vienne, ainsi que des facultés de médecine vétérinaire allemandes de Berlin, Hanovre, Leipzig et Giessen. Les domaines de recherche des participants étaient aussi vastes que les sujets de formation eux-mêmes : des aliments pour animaux comme l'ensilage, la santé digestive des porcs, les probiotiques pour les porcelets, l'environnement microbien dans le pis de la vache, la résistance aux antibiotiques de Listeria, ou la production de saucisses cuites en graisse... en somme, "de l'étable à la table".

 

Nous avons été accueillis par le Pr Doblhoff-Dier, vice-recteur chargé de la recherche et des relations internationales de la Vetmeduni Wien et le Pr Zebeli, de l'Institut de la nutrition animale et des substances d'origine végétale.

 

Le concept de base a été souligné par la conférence "De l'alimentation pour animaux à la sécurité alimentaire" tenue par le Pr Zentek, de l'Institut pour la nutrition animale de la FU Berlin.

 

La trajectoire de nos aliments a été examinée sous de nombreux angles et l’importance de la protection des consommateurs a été soulignée. L'importance exceptionnelle de la communication et de la coopération entre les vétérinaires praticiens, les agriculteurs, les exploitants du secteur de l'alimentation animale et du secteur de l'alimentation, ainsi que de la recherche, a été maintes fois mise en évidence.

 

En se basant sur des exemples connus, tels que la contamination des aliments pour animaux avec des salmonelles, de la mélamine ou du nitrofène, il a été démontré que la sécurité de nos aliments commence déjà sur le terrain.

 

Durant la première semaine de travail, l'accent a été mis sur la production d'aliments pour animaux et sur la santé intestinale de notre bétail. Une attention particulière a été accordée à l'interaction entre macro et microorganismes et à l'importance de l'analyse de l'environnement chez les ruminants.

 

Durant les cours pratiques de l'après-midi, nous avons pu approfondir nos connaissances. Par exemple, les aliments pour animaux ont été examinés à la fois macroscopiquement et microscopiquement afin de détecter les parasites nuisibles tels que les moisissures, les acariens et les coléoptères. En outre, nous avons pu évaluer la fonction de barrière d'un intestin de poulet grâce à la "chambre d'Ussing" (La chambre d'Ussing, du nom de son inventeur, est un appareil permettant de mesurer les propriétés des membranes épithéliales. Il peut détecter et quantifier les fonctions de transport et de barrière des tissus vivants).

Le thème de la production d'aliments pour animaux a été complété par une visite chez le producteur d'aliments pour animaux "Garant Tiernahrung" à Pöchlarn, qui produit des aliments pour porcs, bovins, animaux de compagnie, animaux sauvages et poissons. Ici, nous avons pu comprendre l’ensemble du processus, de la matière première à l’aliment fini.

Le centre de recherche Biomin de Tulln, qui produit de nouveaux additifs pour l'alimentation animale, notamment pour la dégradation enzymatique de la fumonisine (nom donné à une des mycotoxines émises par certaines espèces de champignons du so), a lui aussi été visité.

 

Il a également été traité des microorganismes pathogènes classiques associés aux aliments. Cela a été le cas pour les maladies parasitaires et bactériennes et les agents d’altération, mais aussi pour l’importance des mycotoxines et des composés phytochimiques. La microbiologie s'est concentrée sur Listeria monocytogenes dans les produits laitiers et leur détection, Salmonella et Campylobacter dans la production de volaille et sur les agents zoonotiques parasites tels que la toxoplasmose tout au long de la chaîne alimentaire.

 

Des plans d'échantillonnage pratiques pour les entreprises de transformation des aliments impliquées dans des épidémies de Listeria, une épidémie simulée utilisant la spectroscopie FTIR (spectromètre infrarouge à transformée de Fourier) et MALDI-TOF (ionisation par désorption laser assistée par spectrométrie de masse) ont été étudiés.

 

Outre les méthodes microbiologiques, la biologie moléculaire a également été abordée. L'application de l'analyse de séquence et le vaste domaine de la génomique expliqués. Nous avons ensuite été initiés au domaine de la bioinformatique pour enquêter sur les épidémies associées aux aliments.

 

Enfin, la question du bien-être animal, qui est de plus en plus au centre des préoccupations, a été discutée. L'accent a été mis ici sur la question de savoir comment le bien-être des animaux peut être évalué aussi objectivement que possible ("évaluer le bien-être des animaux producteurs de denrées alimentaires"). Pour ce faire, un modèle d'engraissement de porc utilisé en Australie a été abordé, passant d'une approche basée sur les ressources à une approche basée sur les animaux.

 

Le travail sur nos projets de groupe a été particulièrement intense, avec deux participants travaillant chacun sous surveillance étroite. Ici, les groupes individuels ont pu apprendre de nouvelles méthodes et les présenter à la fin de l’Université d’été. Pour nous, cela signifiait l'isolement des bactériophages et de leurs cellules hôtes du Danube et l'évaluation statistique d'une analyse de séquence d'amplicon 16S.

 

En plus du programme professionnel, il y avait bien sûr d'autres activités bien organisées. Nous avons été conviés à un dîner de bienvenue dans une typique taverne autrichienne "Heuriger", un barbecue et un tour complet de la ville de Vienne, à pied et en vélo. Bien entendu, cette activité en commun a constitué un moment fort pour nos participants français et belges.

 

La sixième université d'été franco-allemande fut un événement très bien organisé avec un programme étendu offrant aux participants l'opportunité d'approfondir leurs connaissances, d'apprendre de nouvelles méthodes et notamment d'échanger des connaissances et des expériences à l'international, ainsi que de se faire des amis. Les réactions des participants ont toujours été positives et le FGSS est un projet européen essentiel pour soutenir la médecine vétérinaire.

 

Nous sommes heureux d’avoir eu l’occasion de participer et nous tenons à remercier tous ceux qui ont rendu ces deux semaines possibles, en particulier le bureau du doyen du département de médecine vétérinaire, l’Institut des sciences vétérinaires de l’alimentation et le Vetmeduni Vienna.

Dr. Franziska Kumm and Dr. Diana M Schellen

 

 

French German Summer School - Faculté de médecine vétérinaire de liège (Belgique) - 02.07 / 12.07.2019

 

 

 

 

 

 

 

Le thème cette année : 

Comparative Sports Medicine in Horses & Dogs

 

Rapport d'activité

La 7ème "French German Summer School for the promotion of veterinary science" s’est tenue à l’Université de Liège du 02 au 12 juillet. Le thème de cette édition 2019 était la Médecine Sportive Comparative du Chien et du Cheval. Cette thématique était particulièrement d’actualité, vu la création récente d’un collège européen relatif à cette discipline (European College of Veterinary Sports Medicine and Rehabilitation, ECVSMR). Les participants, au nombre de 21, provenaient de Nantes, Alfort, Toulouse et Lyon, de Liège, ainsi que de Berlin, Münich, Gießen, Hanovre, de Vienne et de Berne.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier jour, les étudiants ont été accueillis par le Vice-Doyen à la Recherche de la Faculté de Médecine vétérinaire et ont visité le site de la Faculté. L’après-midi, chacun s’est présenté et a décrit son travail de recherche et ses aspirations, à l’aide de quelques dias. Le programme des deux semaines était organisé de manière à ce que, chaque jour, un aspect particulier de la médecine sportive (ex. "Cardiac day", "Muscular day",…) soit abordé, avec des conférences et sessions théoriques le matin et des activités pratiques l’après-midi.

Plusieurs conférenciers ayant une reconnaissance internationale dans leur domaine, ont été invités à la grande satisfaction des étudiants (e.g D. Grandjean, dipl. ECVSMR, Alfort, FR ; A. Couroucé, dipl. ECEIM, Nantes, FR ; G. Spattini, dipl. ECVDI, Castellarano, IT ; Ph.Winkels, dipl. EBVS, Erfstadt, D ; etc …).

​La première semaine était principalement consacrée à la physiologie de la chaîne de l’oxygène, la deuxième semaine au système locomoteur. Les sujets ont été abordés chez le cheval mais également chez le chien.

Les séances d’activités pratiques ont été très appréciées, bien que les étudiants auraient préféré d’avantage de "hands-on activities", ce qui était évidemment rendu difficile par le nombre élevé de participants. Ils ont également eu des séminaires abordant l’ "evidence-based medicine", la recherche bibliographique et l’analyse statistique des données.

​Ils ont eu l’opportunité de visiter le Cynodrome d’Awans ainsi que le Centre Européen du Cheval à "Mont-le-Soie" (Linalux), au cœur des Ardennes belges.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des études du mouvement, des tests d’effort de terrain et des mesures de VO2max ont été réalisés sur les participants eux-mêmes, ainsi que sur des nombreux collaborateurs de la Faculté de Médecine vétérinaire de Liège. Les données collectées serviront à faire un abstract scientifique qui sera communiqué ultérieurement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le plan des activités sociales, une visite guidée de la ville de Liège a été organisée le dimanche après-midi. La semaine s’est terminée par un barbecue le jeudi soir dans une ambiance très conviviale, et par un débat philosophique le vendredi matin sur l’utilisation des animaux dans le sport et dans la recherche, un concept que les étudiants ont fort apprécié.

De façon générale, les étudiants ont apprécié ce programme combinant des approches scientifiques, avec des activités soulignant la pertinence pratique et clinique des thèmes abordés. Une réelle dynamique de groupe s’est créée au cours du temps, et tous les participants, étudiants et organisateurs, se sont réjouis de ce dynamisme et de cette ambiance amicale..

​Lors de l’enquête de satisfaction réalisée en fin de semaine, les étudiants ont attribué une cote moyenne de 9/10 pour l’ensemble du déroulement de cette 7ème édition.

A bientôt & bis bald !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REMARQUES PRATIQUES SUR L‘ORGANISATION (UTILES POUR LES ORGANISATEURS SUIVANTS)

​À la fin des deux semaines, un questionnaire d’évaluation anonyme a été rempli par les étudiants. En voici quelques conclusions :

  • Conférences : Les divers conférenciers (aussi bien externes, qu’internes) étaient d’un excellent niveau. Parmi les remarques émises, certains étudiants auraient souhaité d‘avantage de temps pour les discussions au terme de chaque présentation théorique. D’autres ont trouvé que les sessions de 45 minutes de présentations étaient trop courtes.

  • Sessions pratiques : Très intéressantes, trop peu de "hands-on" pour certains. Les tests à l’effort comparatifs ont été particulièrement appréciés.

  • Visite de Liège : fort appréciée, sauf pour une étudiante venant d’une université allemande mais qui ne parlait que l’anglais (les visites étaient commentées soit en français, soit en allemand)

  • Divers : Il est ressorti des suffrages que le fait d’être logés tous au même endroit aurait été apprécié par les étudiants (plus favorable pour créer un esprit de groupe). Le problème vient du fait que certaines universités couvraient les frais d’hébergement, d’autres pas.

Le manque de "publicité" de l’événement dans les universités a été déploré.

Les étudiants auraient souhaité que leurs adresses mail respectives soient communiquées à l'ensemble du groupe quelques semaines à l’avance pour pouvoir déjà faire connaissance via la création d'un groupe Facebook et/ou WhatsApp et éventuellement s'arranger pour voyager ensemble jusqu'à Liège.

Certains étudiants ont trouvé la nourriture du restaurant universitaire peu variée et peu raffinée. Il serait bon de rappeler aux participants que le budget est limité à 600 euros/étudiant/2 semaines et que bien sûr, pour ce prix, on ne sait pas faire des miracles gastronomiques.

Enfin, beaucoup ont trouvé que deux semaines c'était un peu long.

EN DÉPIT DE CES QUELQUES REMARQUES, LA SATISFACTION DES PARTICIPANTS ÉTAIT RÉELLE COMME L’ATTESTE LA COTE GLOBALE MOYENNE DE 9/10 ATTRIBUÉE POUR L’ENSEMBLE DES 2 SEMAINES DE LA SUMMERSCHOOL.

Les participants au travail
Les participants se détendent

Accueil par le Vice-Doyen

Démonstration d'échographie sur un cheval
Web-lab imagerie
Au cynodrome d'Awans
Tests d'effort sur le terrain et mesure des VO2 max
Démonstration : chien au tapis roulant
Travail au LAMH (Laboratoire d'analyse du mouvement humain) avec un chien
Démonstration d'échographie embarquée au CeMesPo

Pour la faculté de médecine vétérinaire de Liège, l'équipe de physiologie & de médecine sportive

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now